Pour une économie non-aristotélicienne / For a non-Aristotelian economy

11 mai 2018

L’île logique / N° 90 : le train du sommeil

Filed under: Actualité, art & culture, éducation, clowns, livres, Mathématiques, théatre — Étiquettes : , — Isabelle Aubert-Baudron @ 3:17

Bonjour,

après un hiver studieux, joyeux, pluvieux, mélodieux, gadouilleux, mélodieux, et encore pluvieux… que ma grand-mère,

L’île logique continue de promouvoir par le spectacle et les ateliers, le théâtre et clown de sciences fondamentales !

Aussi, n’hésitez pas à nous contacter pour quoi que ce soit !

De surcroît, L’île logique est heureuse de vous annoncer que :

– Nous proposons un nouveau spectacle, duo clownesque scientifique tout public : « Où ai-je ma tête ? » qui aborde les nouvelles découvertes sur le fonctionnement du cerveau, neurosciences et plasticité cérébrale au programme… sortie prévue vers l’été…

– Autre nouveauté : « Toi, émois« , interventions/spectacle clownesque pour les tous petits (3 mois à trois ans) : sons, mouvements, boules, cubes, noir et lumière, animaux, durées…

– L’île logique organise aussi un stage « théâtre et sciences » orienté clown et maths, pour les enseignants, les clowns, et les autres !! Les 8 et 9 Juillet 2018 en Bretagne (14h de stage) et il reste des places !

– Pour la rentrée prochaine ainsi qu’en début ou fin de semestre, nous proposons aux promos d’écoles d’ingénieur et aux universités, une création « intense » (24h sur 3 jours) d’un spectacle scientifique de et par les élèves. pour voir le programme autrement et souder la promo !

Plusieurs interventions prévues en 2018 :

– 24 mai : spectacle « Un océan de plastique » (Languidic, 56), sur la pollution des océans…

– 31 mai spectacle clownesque « Dé-pensons ! » (Lorient, 56), sur la pensée critique

– 4 juin à Strasbourg, ateliers théâtre et maths avec les étudiants de l’Université + spectacle clownesque « Galois Poincaré, mythes et maths »

– 4 juillet à Theix Noyalo (56), spectacle « Pilouface, quand les clowns tombent sur la tranche« , spectacle familial tout public.

– 8 et 9 juillet, stage théâtre et sciences, clown et maths, en Bretagne… il reste des places !

– 11 octobre, Toulouse, deux représentations du spectacle « Pilouface, quand les clowns tombent sur la tranche »

– 12 octobre, Dieppe, 2 représentations du spectacle « Un Océan de plastique« , sur la pollution des océans par le plastique, tout public (à confirmer)

– Du 20 au 23 octobre retrouvez L’île logique à Bordeaux au congrès de l’APMEP

– 23 octobre, Sanguinet, Spectacle « Pilouface, quand les clowns tombent sur la tranche » (à confirmer)

– 6 novembre, spectacle clownesque « Galois Poincaré mythes et maths » à Orléans.

– 10 novembre, Plescop (56), dernière création clownesque « Où ai-je ma tête ?« , sur les neurosciences.

Certains de ces spectacles ne sont pas ouverts au public, mais, à titre individuel, n’hésitez pas à me contacter si vous envisagez d’y venir !!

Enfin, à faire circuler sans modération :

– L’île logique co-organise la dixième édition du festival Clown hors Piste du 16 au 18 novembre prochain à Theix (56)

– Il nous reste encore des livres « A l’endroit de l’inversion« , petit essai en clownologie mathématique (préfacé par Cédric Villani et Bertil Sylvander)

– Il nous reste des disponibilités pour la semaine des maths 2019 et la semaine de la science 2018, mais qui se réduisent…

– Et puis, si vous connaissez des gens riches pour co-produire une série audiovisuelle burlesque mais rigoureuse sur les mathématiques n’hésitez pas…

N°90 : le train du sommeil

Il faut prendre le train du sommeil.

Le train du sommeil, quand il est passé c’est qu’on l’a raté, on doit attendre le suivant.

Le train du sommeil, si on l’a pris, alors on ne lit pas ceci maintenant.

On ne peut lire cela que sur un quai, même si on dit bâille bâille…

Le train du sommeil, tu sais que tu l’as pris seulement quand tu en descends.

Un train de sommeil ça passe parfois au loin, on l’entend vaguement mais on n’a plus le temps de rejoindre la gare…

Comme si il y avait des gares…

Peut-on changer de wagon dans les trains de sommeil ?

Pause pipi, ça c’est une gare,

on change de rêve,

on repart à zéro

heure vingt trois,

ou Quatre heures sept.

Tout objet abandonné sera détruit

votre précédent rêve sera anéanti

cycles de sommeil et nombre de tours de bielle,

Je déraille,

jeu des rails,

J’ai raté un train de sommeil, alors j’écris ceci,

j’erre dans une gare vide,

et toi tu lis, sur un quai forcément,

faut-il un ticket ?

Je cherche une voie,

Tiens un bonnet rouge pour me renseigner…

Où s’échoue-t-on ? Sur une grève, c’est là qu’on survit,

grève, gravats, graviers et sable,

grève, pavés parfois…

cailloux roulés,

gravité, masse grave.

Grève, bateau, zone d’échouage,

cailloux roulés,

on peut dire plage.

Bref grève, et âge des choux.

Plus de train de sommeil.

Y a-t-il un dernier train ?

Prendre un train de sommeil en marche ?

Parfois, dans le train de banlieue, le train du sommeil passe tôt, le matin pour aller au boulot

L’allumeur de réverbère ne respecte plus la consigne

je dors éveillé,

d’or, mire….

insomnie, un somme nie

somme ? Nan, bulles.

Train fantôme, et wagon lit,

défilé onirique du paysage éthéré qui passe en bon ordre fou par les fenêtres embuées du train du sommeil

vaches qui paissent et passent,

les trains regardent passer les vaches…

Marcher sur la grève ?

Les grèves sont des chaussures, on marche dessus et c’est grâce à elles qu’on avance.

Des plages ? Au quai !

Prenons le train et dormons sur le quai…

Bises,
Cédric.
Dans le train du sommeil il y a toujours de la place… Au lit !

Publicités

22 avril 2018

Paul-Eric Langevin: Œuvres de Paul Langevin sur Wikisource: similarités avec Korzybski

Paul Langevin

Publiée sur Wikisource par Paul-Eric Langevin, petit-fils de Paul Langevin: une documentation scientifique et en sciences humaines considérable: https://biblio.wiki/wiki/Paul_Langevin et  http://interdisciplinarite.blogspot.fr/search/label/Archives%20P.Langevin dans son site  Interdisciplinarités.

Paul Langevin et Alfred Korzybski écrivaient sur des sujets similaires, à partir des mêmes sources scientifiques : voir, entre autres :

27 janvier 2018

San Francisco Chronicle: Sal Khan creates online academy to educate anyone in world for free

Photo: Peter DaSilva – Salman Khan founded the nonprofit online Khan Academy to educate anyone in the world for free.

https://www.sfchronicle.com/visionsf/article/Sal-Khan-creates-online-academy-to-educate-anyone-12511884.php

Sal Khan has interesting ideas about what constitutes riveting dinner conversation.

At the moment, he’s partial to “mind-blowing” similarities between Greek, Latin, Germanic languages and ancient Sanskrit as well as the fact that Iran and Ireland are the only countries with names that mean “land of the Aryans.”

“That’s still my favorite thing to share in conversations,” said the founder of Khan Academy, a free, online learning platform serving 15 million people a month. “The other thing is you can get hypothermia (and die) in 80-degree water.”

Khan smiled.

“I’m a nerd,” said Khan, who is a nominee for the 2018 Visionary of the Year award sponsored by The Chronicle. The winner of the award will receive a $25,000 grant that can be applied to the cause of his or her choice.

In Silicon Valley, nerds like Khan — with companies whose users number in the many millions — are often billionaires. While Khan isn’t poor, he falls well short for any list featuring big-money moguls in tech.

He probably could have been rich off the idea, but when he came up with the vision for Khan Academy, he wanted it to be free.

The mission — a free, world-class education to anyone, anywhere.

That sole mission of the company, unchanged since he founded it in 2008, is plastered on the Khan Academy website as well as the walls of his Mountain View headquarters.

Read more in the site of SFC

KhanAcademyFrancophone

Salman Khan annonce la sortie de la Khan Academy en français

51 038 vues il y a 3 ans
Khan Academy est une plate forme interactive qui propose une éducation de qualité, gratuite, pour tous, partout dans le monde en mettant à disposition des milliers de vidéos et exercices.
Rendez-vous sur : http://fr.khanacademy.orgVidéo sous licence CC-BY-SA.

19 septembre 2017

L’île logique, rentrée

Filed under: Actualité, art & culture, éducation, clowns, Mathématiques, Recherche, théatre — Étiquettes : — Isabelle Aubert-Baudron @ 8:38

Bonjour à tous

Toute l’équipe de L’île logique vous souhaite une bonne rentrée, que de beaux, nombreux et nouveaux projets voient le jour !

Pour ce qui nous concerne, quelques dates à venir :

– 18, 19 et 20 septembre : création, en vingt heures, d’un spectacle scientifique avec la promo de 3e année de l’école d’ingénieur de Vannes, L’ICAM.

– 29 septembre, saynètes de Pilouface, dans les rues de Bordeaux, puis spectacle en salle : Galois Poincaré mythes et maths dans le cadre de la nuit des chercheurs organisée par cap Sciences.

– 7 octobre, à Lorient, 3h d’ateliers théâtre et sciences pour les 8-12 ans puis restitution en public suivie du spectacle Partons ici même pour le ccsti de Lorient (maison de la mer)

– 13 et 14 octobre, Spectacle Pilouface à l’école Polytechnique (Saclay) dans le cadre de la fête de la science.

– 21 octobre, Spectacle Pilouface à St denis, dans le cadre du festival Maths en ville organisé par la compagnie Terraquée

– 22 et 23 octobre à Nantes, L’île logique tiendra un stand aux journées nationales de l’Apmep, animera des ateliers théâtre et maths le lundi matin (pour enseignants) avec restitution l’après midi suivi d’une conférence échange sur le thème maths et clown.

– 17, 18 et 19 novembre, L’île logique co-organise comme chaque année, la 9e édition du festival Clown hors Piste qui se tiendra à Theix (56)

–  8 et 9 décembre, spectacle y a pas rien à Martigné (53) puis Hennebont (56)

Enfin, pour ceux que ça intéresse n’hésitez pas à commander « A l’endroit de l’inversion« , un petit travail (préfacé par Cédric Villani) sur les liens entre maths et clown…

N’hésitez pas à me contacter pour quoi que ce soit, nous avons encore quelques disponibilités pour la fête de la science et pour Noël !!!

Merci à tous,
Cédric
www.ilelogique.fr

26 août 2017

El Pais: Solucionado un enigma matemático de 3.700 años

Filed under: Actualité, Géométrie, Mathématiques, Recherche — Étiquettes : , , , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 10:10

https://elpais.com/elpais/2017/08/24/ciencia/1503599508_412430.html

Un estudio propone un nuevo significado para la ‘piedra rosetta’ de las matemáticas

El análisis de un texto babilónico escrito en barro hace más de 3.700 años puede haber resuelto uno de los enigmas más antiguos de las matemáticas.

Dos investigadores australianos acaban de publicar los resultados de su estudio de Plimpton 322, una tablilla de escritura cuneiforme que data del 1.800 antes de Cristo y proviene de la antigua ciudad de Larsa, al sur del actual Irak. El texto contiene series de números ordenados en quince filas y cuatro columnas. Se piensa que son ternas pitagóricas, series de tres números que indican las longitudes de los tres lados de triángulos rectángulos.

El que es probablemente el teorema matemático más famoso del mundo dice que el cuadrado de la hipotenusa es igual a la suma de los cuadrados de los catetos en un triángulo rectángulo. Los estudiantes de primaria aprenden que lo formuló Pitágoras —filósofo y matemático griego del siglo VI antes de Cristo— sentando las bases de la trigonometría, la medición de triángulos. Lo que no cuentan los libros de texto es que 1.000 años antes los babilonios ya conocían esta proposición matemática y la usaban de forma habitual, aunque nadie sabe para qué.

La tablilla analizada es una especie de piedra Rosetta de las matemáticas de la antigua Babilonia, la primera civilización de la Historia. Asentada entre los ríos Tigris y Éufrates, este imperio fue el epicentro de una revolución científica y cultural sin precedentes de la que se conservan cientos de miles de tablillas de barro usadas para contabilidad, matemáticas, astronomía y otras disciplinas. Entre todas ellas, la Plimpton 322 “es sin duda la más famosa, la mejor estudiada y la más controvertida”, asegura Mathieu Ossendrijver, investigador de la Universidad Humboldt de Berlín. La razón, explica, es que “es única, no hay ni una sola copia de su contenido. Por eso es tan difícil determinar para qué servía”.

La tablilla analizada.
La tablilla analizada. UNSW

El matemático Daniel Mansfield, de la Universidad de Nueva Gales del Sur (Australia),ha vuelto a analizar el original, conservado en la Biblioteca de Libros y Manuscritos Raros de la Universidad de Columbia, en Nueva York (EE UU). Junto a su colega Norman Wildberger acaba de proponer que esta tablilla es la tabla trigonométrica más antigua del mundo y también la más precisa. Cada una de sus filas es la descripción de un triángulo.

“El gran misterio es por qué los escribas babilónicos realizaron la compleja labor de calcular y ordenar los números de esta tabla”, explica Mansfield en una nota de prensa de su universidad. “Nuestro estudio desvela que Plimpton 322 describe las formas de triángulos rectángulos usando una novedosa forma de trigonometría que se basa en la razón entre los números [que expresan las longitudes de los lados], sin usar ángulos ni círculos. Es un trabajo matemático fascinante que denota genialidad”, añade el investigador, que ha publicado su propuesta en la revista de la Comisión Internacional de Historia de las Matemáticas.

Mansfied propone que los babilonios usaron estas tablas en arquitectura, por ejemplo para calcular dimensiones de rampas y otras estructuras en pirámides, palacios y canales. El científico resalta que esta peculiar aproximación babilónica a la trigonometría puede tener usos en el mundo actual para medir extensiones de terreno, realizar gráficos por ordenador y también en educación. “Es un ejemplo de cómo el mundo antiguo nos puede enseñar algo nuevo”, añade.

Los babilonios usban la trigonometría 1.000 años antes que los griegos

Hace 10 años, otros historiadores encontraron una tablilla babilonia en una institución sueca. Contenía una serie de problemas matemáticos con ecuaciones de segundo grado. Los investigadores propusieron que la solución a esos problemas eran los números incluidos en la Plimpton 322 —explica Mathieu Ossendrijver—, una especie de libro de texto con problemas y soluciones. “Pero no todos los números coincidían y nunca hubo consenso entre los expertos de que esta tablilla tuviese esos fines educacionales”, detalla. El año pasado, otra nueva traducción de una tablilla babilonia realizada por Ossendrijver desveló que los babilonios usaron la geometría para describir fenómenos astronómicos como el movimiento de Júpiter, adelantándose 14 siglos a los europeos, que creían haber inventado ese tipo de cálculo.

Para Ossendrijver, la nueva hipótesis de que la tablilla fuese una herramienta para ingenieros y arquitectos “es más robusta” que las anteriores, aunque advierte de que “serán necesarias pruebas adicionales”. Y ofrece una clave para conseguirlas. “Es conocido que algunas las líneas de la Plimpton 322 contienen errores. Si estas tablas jugaron un papel tan importante en Babilonia, lo lógico es que fuesen muy usadas y que se hiciesen muchas copias. Para probarlo habría que reanalizar todos los textos matemáticos conocidos de esta civilización para ver si alguno contiene la misma serie y con los mismos errores. Eso sería una gran prueba de que estos autores están en lo cierto”, dice. También puede ser uno de los legados mejor conservados de los babilonios, cuyos templos y pirámides han sido arrasados durante años de guerra en Irak. 

A lire sur un sujet similaire: Le Théorème du Perroquet, de Denis GUEDJ.

17 juin 2017

L’île logique, La Tête au carré, 16 juin 2017

https://www.franceinter.fr/emissions/la-tete-au-carre/la-tete-au-carre-16-juin-2017 

Le Club de La Tête au Carré

Aujourd’hui dans le Club, l’équation la plus célèbre de l’histoire : E=mc² , un voyage ludique aux origines de l’univers, et la rencontre du clown et du mathématicien.

Albert Einstein
Albert Einstein © Getty / MPI

E=mc² est l’équation qui vient tout de suite à l’esprit dès que l’on parle de science. Christophe Galfard, docteur en physique théorique et écrivain, raconte l’histoire et l’élaboration de cette formule, mais aussi ce qui se cache sous cette apparente simple formule. Elle est la base de la physique moderne.

Un spécialiste des mathématiques atypique

Cédric Aubouy est mathématicien de formation mais également clown. De ces deux passions est née la compagnie L’île logique il y a 10 ans créant différents spectacles qui abordent des thèmes de sciences théoriques par le moyen du théâtre burlesque. Il publie le livre A l’endroit de l’inversion, petit essai en clownologie mathématique, un partage d’expériences pour montrer à quel point l’attitude clownesque peut aider celui qui cherche et celui qui transmet les savoirs.

L’astrophysique en s’amusant

Le Monde publie un hors-série spécial jeux Aux origines de l’univers en partenariat avec le CNRS écrit par Jean Audouze, directeur émérite à l’Institut d’Astrophysique de Paris. Plus de 200 quiz et jeux, mais aussi des informations pour apprendre à contempler le ciel, tout connaître du système solaire et même des exoplanètes.

9 juin 2017

L’île logique sur France Inter

Filed under: Actualité, Mathématiques, radio, théatre — Étiquettes : , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 6:39

Bonjour à tous,

Voila que, l’autre jour, monsieur Mathieu Vidard en personne me téléphone pour me proposer de venir parler pendant 12 minutes de mon livre dans son émission « La tête au carré » sur France Inter, de 14h à 15h, le vendredi 16  juin en direct.

Alors oui d’accord, que je lui ai dit, content, assuré, posé, ravi, en dedans, qu’il s’intéresse à mon travail, et puis on a raccroché.

Mais là que la date approche j’ai comme un doute…

Et si je bafouille ? Et si je dis n’importe quoi ? Et si il me pose une question dont j’ignore la réponse ? Et si je suis aphone ? Et si j’ai oublié tout ce que j’ai écrit dans mon livre ? Et si ?

Et si personne n’écoute la radio ce jour là parce que tout le monde aurait autre chose à faire ? Comme de faire de la perceuse ou de passer l’aspirateur ? On n’entend plus rien avec ces machines là.

Je vais quand même surveiller si les gens achètent beaucoup de mèches ou de sacs d’aspiro, au cas où… Et puis, en plus, il y a des aspirateurs sans sac maintenant… pft…

12 minutes, c’est long ou court ? Les deux, nous voila bien, 720 secondes quand même…

Bon, c’est décidé, je vais percer un trou dans mon aspirateur.

Et puis il a un sac le mien, d’ailleurs, je dois vider mon sac…

Un grand merci pour votre soutien à L’île logique !

mathoclownesquement vôtre,

Cédric

www.ilelogique.fr

15 avril 2017

L’Île logique: « A l’endroit de l’inversion », enfin la parution !!

Filed under: Actualité, Edition, livres, Mathématiques — Étiquettes : , , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 1:04

Bonjour à tous,

« A l’endroit de l’inversion »,
petit essai en clownologie mathématique,
préfacé par Cédric Villani et Bertil Sylvander
, édité par L’île logique… est paru !!

Aussi, si vous souhaitez vous le procurer :

Envoyez un chèque de 20 Euros par exemplaire souhaité (15€+ 5€ de frais d’expédition)
à l’ordre de « L’île logique » à l’adresse suivante :

Cédric Aubouy
Locméren des prés
56390 Grand-Champ

Merci de préciser votre adresse postale et je vous retournerai votre livre dédicacé par voie postale !!

Si vous préférez venir retirer directement le livre chez moi, alors 15€ par exemplaire suffiront…

N’hésitez pas à faire tourner et/ou à revenir vers moi pour quoi que ce soit,
merci à tous pour votre soutien !
Cédric Aubouy
L’île logique, compagnie burlesque de théâtre et clown de sciences théoriques
www.ilelogique.fr

Couverture (recto verso) :

Regards croisés entre clown-théâtre et sciences fondamentales.
L’archétype du clown comme approche alternative des sciences et des mathématiques,
le théâtre comme lieu de décomplexion.
L’absurde peut-il éveiller le sens critique ?
L’inversion et le doute pour s’interroger sur la création ou la découverte, sur l’intuition, la trouvaille…
Qu’est-ce qui motive celui qui cherche ?
Peut-on aimer avoir des problèmes ?
In-Con-science, sans avec science…
Savoir qu’on ne sait pas et ne pas savoir qu’on sait…
Le sage connaît-il le pas sage ?

Ni un traité de clown, ni un scénario de maths, juste une vie de l’esprit…

x-x’ = x(1-1′)

Cédric Aubouy est comédien, clown, musicien, auteur, compositeur, logicien en mathématiques de formation,
il aime jouer au go en mangeant de l’Ossau iraty.
Il a écrit 7 spectacles de théâtre burlesque de sciences théoriques en créant la compagnie L’île logique,

il propose des cours et stages de théâtre scientifique, des animations ou des concerts scientifiques, conférences…
C’est la première fois qu’il parle de lui à la 3e personne.

25 janvier 2017

France Culture: « Idéaux politiques » de Bertrand Russell

Filed under: livres, Mathématiques, Philosophie, Sémantique générale — Étiquettes : — Isabelle Aubert-Baudron @ 8:18

https://www.franceculture.fr/emissions/deux-minutes-papillon/ideaux-politiques-de-bertrand-russell

Réécouter https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=edac43b1-5a36-4bdc-9b31-60664dbf445f

Dans ces Idéaux politiques qui paraissent pour la première fois en français, il n’est question que de politique, comme si Russell militait pour la vérité, pour les faits, comme si devenir raisonnable était devenu le combat de son temps, et peut-être du nôtre encore.

Voici le conseil donné par Bertrand Russell en 1959 pour les générations futures : se demander ce que sont les faits et la vérité, et ne pas se laisser embrumer par ses croyances. Un conseil qui porte d’autant plus qu’il est formulé par un philosophe d’abord mathématicien : Russell a en effet été à l’école de la logique, et ses premiers écrits portent sur la géométrie et Leibniz. De lui, on peut ainsi retenir ses importants Principes des mathématiques.

Mais c’est un conseil qui pose cependant un problème, et d’abord, aussi, parce qu’il est formulé par un philosophe dont on peut également retenir l’engagement et le militantisme dès la 1ère Guerre Mondiale, comme en témoigne, cette fois-ci, ce texte intitulé Idéaux politiques. Voici alors la question que nous posent Russell, sa pensée et son parcours : comment s’est-il, lui, engagé rationnellement ? Comment, lui, a-t-il milité sans y croire ? Ou encore, et plus généralement : un engagement politique est-il vraiment possible sans un minimum de croyance et de foi ?

Dans ces Idéaux politiques qui paraissent pour la première fois en français, texte construit à partir d’une conférence que Russell aurait dû donner en 1917, il n’est question que de politique, et pas du tout de logique, de mathématique, de géométrie : le capitalisme et le salariat, les pièges du socialisme, liberté individuelle et ordre public, ou encore indépendance nationale et internationalisme, en constituent le développement. Et pourtant, à travers ces pages, c’est comme si Russell militait pour la vérité, pour les faits, c’est comme si devenir raisonnable était devenu le combat de son temps, et peut-être du nôtre encore.

Faire le partage entre les pulsions de possession et les pulsions de création, donner une impulsion à l’imagination contre les croyances et contre le conformisme, voici les propositions de Russell, ou encore, je cite : « n’empêcher personne d’avoir des idées, d’exercer sa pensée, et encore moins d’énoncer des faits »

En savoir plus sur Bertrand Russell :

11 novembre 2016

L’île logique

Filed under: Actualité, art & culture, clowns, Enseignement, Mathématiques, théatre — Étiquettes : , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 5:41

Bonjour à tous,

D’abord, info de taille : comme chaque fois que nous vient l’automne c’est aussi le festival Clown Hors Piste dont L’île logique est partenaire depuis le début : 18, 19 et 20 novembre à Theix(56)
Aussi vous trouverez bien sûr toutes les infos sur : www.clownhorspiste.fr et surtout, je vous mets en bas de ce mel un courriel type de communication que je vous invite à diffuser le plus largement sur vos réseaux !!
Vous y verrez notamment, en plus de Didier Super, Los exentricos et de nombreuses compagnies, que L’île logique y jouera son spectacle PILOUFACE le dimanche à 15h30 à la salle Ty Théâtre, aussi pour ceux qui ne nous ont pas encore vu n’hésitez pas à réserver !!

Par ailleurs, la parution de mon livre A l’endroit de l’inversion, petit essai en clownologie mathématique, préfacé par Cédric Villani et Bertil Sylvander, qui traite entre autre de l’importance de la démarche clownesque de celui qui cherche en sciences est bientôt prêt à paraître, aussi n’hésitez pas à revenir vers moi si vous souhaitez le recevoir (prix pas encore fixé…)

Enfin, L’île logique propose désormais un 8e spectacle clown et sciences : Un océan de plastique. Il s’agit de voir, scientifiquement et clownesquement, les dangers et les solutions de la pollution des océans par les plastiques. Bientôt un petit clip de présentation, mais dès à présent une page dédiée sur notre site.

Par ailleurs, les cours et ateliers de théâtre scientifique continuent (projet maths et sport à Maubeuge, cours à l’UBS, nombreux projets dans les collèges…) nous espérons un stage (adultes) pour 2017 !

Au plaisir et à bientôt pour d’autres nouvelles…

Bien à vous,
merci,
Cédric.
www.ilelogique.fr

 Ça y est, le mois de novembre est là !
et avec lui c’est l’automne qui s’installe, les jolies couleurs et les pêches aux champignons et autres parties de chasse aux palourdes qui s’organisent…
Mais qui dit novembre, dit aussi une nouvelle édition du Festival Clown Hors Piste !
Alors pendant qu’on ressort les écharpes, bonnets et autres grosses chaussettes molletonneuses, on en profite aussi pour aller chercher son nez rouge au fond de la malle !

ilelogique

Pour ce huitième festival, qui se déroulera les 18, 19 et 20 novembre à Theix, le collectif Clown Hors Piste vous a concocté une édition haute en couleur ! Avec entre autres Colette Gomette (et son tout nouveau spectacle Prézidente !), Les Acides AnimésLas PolisPilouface, les compagnies Content pour rien et Face ô nez,… sans oublier la venue exceptionnelle des Espagnols de Los exentricos et de l’inqualifiable Didier Super !!!

En résumé, le festival Clown Hors Piste c’est : 11 spectacles en salle, des animations gratuites dans l’espace festivalier (maquillages, concerts, clowns, scène ouverte,…), petite restauration, buvette, goûters, conférence-rencontre, projections de films,… mais aussi des animations clownesques et de nombreuses surprises en amont du festival dans le pays de Vannes. Une occasion de découvrir un autre clown, accompagnés (ou pas !) de vos enfants…

Pour ce qui est des informations complémentaires (tarifs, horaires, programmation complète,…) vous pouvez aller faire un tour sur :

 ↝ Petite précision : les réservations sont ouvertes et fortement conseillées (surtout pour les spectacles du soir…). Il n’y en aura -peut être- pas pour tout le monde, alors n’hésitez plus ! & ça se passe par ici : https://sites.google.com/site/clownhorspiste2014/actualite/archives-depuis-2009/clownhorspiste2012/programmation/presse/reservations-2012

↝ On en profite également pour vous glisser qu’il nous manque encore des bénévoles… Donc si certains d’entre vous souhaitent passer du côté organisationnel de la force, n’hésitez surtout pas à nous faire signe (via la page facebook : https://www.facebook.com/Festiclown56/ ou en vous adressant directement à Anne, la responsable bénévoles : <jeurisanne@orange.fr>)

Au plaisir de vous croiser prochainement,

Clownement vôtre,
Cédric

8 novembre 2016

Bruno Dubuc, Eloge de la suite: La linguistique cognitive (et relative) et l’influence de Korzybski sur Laborit

Publié le 4 novembre 2016

http://www.elogedelasuite.net/?p=3322

Comme je l’ai expliqué ici, je donne cet automne un cours sur la cognition incarnée à l’UQAM. Chaque lundi, je publie dans le blogue du Cerveau à tous les niveaux un résumé de la séance que je donne le mercredi suivant. Et chaque vendredi, je fais ici des liens entre le travail de Laborit et le thème de la semaine (les présentations des séances du cours en format pdf sont disponibles ici).

Cette semaine, on a fait une brève incursion du côté de la linguistique pour montrer comment le courant de la cognition incarnée ne l’a pas épargnée. Je crois que Laborit aurait été intéressé par les idées de la linguistique cognitive contemporaine où la sémantique et les métaphores à partir du corps ont pris une grande place. Car Laborit a été très influencé par Alfred Korzybski et son concept de sémantique générale (qui lui-même peut être vu comme précurseur de la théorie de la relativité linguistique de Sapir et Whorf).

On n’a qu’à lire l’entrée en matière, que je reproduis ci-dessous, du texte traduit en anglais d’une allocution donnée par Laborit à New York  lors de la Alfred Korzybski Memorial Lecture de 1963 et intitulé « The need for generalization in biologicas research : role of the mathematical theory of ensembles » :

“Dear Friends : I am at a loss to express to you how honored I feel to be giving this lecture, and to find myself at this gathering dominated by the great figure of Alfred Korzybski . I did not have the joy of knowing him personally as did some others here, most particularly M. Kendig, who continues his thought and perpetuates his presence among us . However, his thought is written in books, and through them, I believe I can call myself one of his disciples . Although the following exposition does not make frequent reference to his name as it should, this is not a necessity for you to understand that I wrote it to honor his memory and to participate, however modestly, in the continuation of his thought .”

Pour résumer sommairement la démarche de Korszybski (1879 – 1950), on peut le lire sur sa page Wikipédia que :

« L’œuvre de Korzybski tourne autour de la fondation de ce qu’il appela lui-même une « science de l’homme ». Interpellé par les problèmes récurrents rencontrés dans la civilisation occidentale de son époque (incompréhension, misère, guerre, etc.), il entreprit d’étudier le fonctionnement de l’homme dans son environnement, à savoir la façon dont notre système nerveux perçoit, interprète et modifie, entre autres, ce qui se trouve autour de lui, afin d’essayer d’établir une méthode permettant aux hommes de mieux communiquer, de mieux se comprendre, d’agir conformément aux faits et non à des représentations erronées, acquises ou innées, dont la plupart ne prennent pas conscience (« les prémisses »). Cette recherche culmine avec son œuvre majeure, Science and Sanity […], dans laquelle il jette les bases de la sémantique générale.

Le biologiste français Henri Laborit a élaboré sur la sémantique générale sa théorie de l’inhibition de l’action et ses recherches sur la structure des organismes vivants (voir La Nouvelle Grille, L’Inhibition de l’Action). »

Je ne sais pas si l’on peut aller jusqu’à dire que Laborit « a élaboré sur » la sémantique générale le cœur de son œuvre (il a quand même fait lui-même quelques expériences fondatrices…), mais chose certaine l’aphorisme de Korzybski : « une carte n’est pas le territoire », ou encore « le mot chien ne mord pas » est souvent cité par Laborit pour rappeler que les mots ne correspondent pas à des réalités mais ne sont que des étiquettes derrière lesquels chacun met son expérience passée de chacun de ces mots.

En googlant ce deuxième aphorisme avec le nom de Laborit, on trouve d’ailleurs des choses intéressantes comme cette courte entrevue de Laborit faite par Bernard Werber (l’auteur des Fourmis, etc., qui a écrit sur son site web que « Mon oncle d’Amérique […] a longtemps été mon film culte ainsi que le livre Eloge de la fuite« …). L’entrevue est intitulée « Le mot Dieu ne mord pas » et l’on y sent particulièrement bien l’extrême prudence avec laquelle Laborit manipulait des mots aussi fortement connotés que «Dieu» (ou « liberté », ou « amour »…). Détail rigolo dans cet article : le mot « agoniste » a été écrit à la place de « agnostique » ! Je ne sais pas si l’erreur était dans la revue ou si elle provient de la retranscription, mais un tel lapsus fait en tout cas du sens quand on parle d’un pharmacologue…

Enfin, en terminant, je voudrais mentionner le blogue d’Isabelle Aubert-Baudron qui fait un travail de recherche sur l’élaboration d’une économie non-aristotélicienne, à partir de la sémantique générale d’Alfred Korzybski et où Laborit est abondamment cité (souvent par l’entremise d’Éloge de la suite… 😉 ).

Bruno Dubuc

 

23 janvier 2016

L’île logique: Un joyeux tour autour du Soleil…

Filed under: Actualité, art & culture, clowns, Enseignement, Mathématiques, théatre — Étiquettes : , — Isabelle Aubert-Baudron @ 10:58

Bonjour à tous,
Toute l’équipe de L’île logique se joint à moi pour vous souhaiter une excellente, productive et paisible année 1+2+3+….+63 !!!

De nombreux projets se profilent pour cette année (sortie d’un livre sur clown et maths, projets audiovisuels…) nous vous tiendrons informés, chut….

Un reportage sur bip tv est désormais visible ici :
https://www.youtube.com/watch?v=_5Fli-JHhvw&feature=youtu.be

L’île logique sera dans les Alpes les 14 et 15 mars, le 31 mars et 1er avril vers Rodez ; nous vous invitons aussi dès à présent à réserver votre we du 2 juillet pour la nuit des maths (où nous serons
présents avec la pièce de théâtre L’Affaire 3.14) :
http://www.nuitdesmaths.org/presentation/en-bref/

Pour les stages que nous organisons, n’hésitez pas à diffuser, c’est nouveau et ça met du temps (manque de stagiaires !!) :
http://ilelogique.fr/index.php/stages-cours/113-stage-maths-clown

Enfin, n’hésitez pas dès maintenant à nous contacter pour la semaine des maths ou celle de la science !!

Merci,
bien vous,
et belle année 1+2+3+….+ 63 !!
Cédric
www.ilelogique.fr

8 novembre 2015

le logique et clown hors piste !!

Filed under: Actualité, clowns, Enseignement, logique, Mathématiques, théatre — Étiquettes : , — Isabelle Aubert-Baudron @ 4:37

Bonjour à tous,

– L’île logique vous convie à venir au festival de clown théâtre « Clown Hors piste » qui se tiendra à Theix (56) les 20, 21 et 22 novembre prochains.
Nous sommes partenaires et co-organisateurs de cet unique festival de clown en Bretagne, venez nombreux !
Plus d’infos sur www.clownhorspiste.fr
Ou aussi en bas de ce mail…

– L’île logique sera à Rennes le 4 décembre, avec L’affaire 3.14, puis en Bretagne avec Y a pas rien pour la tournée de noël, et enfin à Paris, dans les Alpes et dans le sud pour le premier trimestre 2016.

– Notre site a fait peau neuve, n’hésitez pas à le visiter et suivre nos activités !

– Nous organisons aussi deux stages « théâtre et sciences » les we du 20 et 21 février et celui du 16 et 17 avril, contactez nous pour réserver dès à présent, plus d’infos ici :
http://ilelogique.fr/index.php/stages-cours/113-stage-maths-clown

Au plaisir et à bientôt !
Merci,
Cédric
www.ilelogique.fr


La prochaine édition du festival Clown Hors piste, le seul festival de clown théâtre de Bretagne, se tiendra à Theix les 20, 21 et 22 novembre prochains !
Outre le réveil des clowns et la grande soirée gratuite d’inauguration le 20 novembre avec le spectacle « Coques en stock » et restauration sur place, il y aura une pléiade d’artistes clowns réputés dans toute la France à découvrir pendant tout le week-end !
Avec dès le samedi 21 novembre, le Nez d’or du festival de clown de Monte carlo, Rafistole dans son poétique et clownesque spectacle « Vello cello con vibrato » alliant finement magie, marionnette, musique et calembour…
Le coup de cœur du festival revient cette année à Rosie Volt (dont le nom laisse entrevoir toute l’énergie du personnage…) avec son spectacle délirant « La Natür c’est le bonhür » programmé le samedi soir à ne rater sous aucun prétexte …
Le dimanche matin sera comme d’habitude dédié aux enfants avec « Slow Clown le voyage » proposé par une compagnie Lorientaise.
L’après midi nous retrouvons encore un spectacle primé avec « Stoïk » de la Cie Les Güms qui a reçu le prix du public Mim’off 2014 à Périgueux et pour terminer ce festival de haut niveau cette année, le célébrissime Raymond Raymondson que certains ont peut être déjà vu à la télé au plus grand cabaret du monde..

Et encore bien d’autres spectacles originaux !!

Mais enfin, et c’est ça qui donne tout son charme au festival, il y a l’espace festivalier !
Avec des concerts, un espace buvette restauration goûter convivial, des clowns en liberté, la scène ouverte (nombreux spectacles gratuits), le coin déguisement pour les enfants, maquillages et autres surprises…

Alors guettez dès maintenant les clowns sur plusieurs événements en amont du festival, parlez-en autour de vous et n’hésitez pas à voir le programme et à réserver sur notre site Internet !!
www.clownhorspiste.fr

 

14 juillet 2015

L’île logique et nuit des maths

Bonjour à tous,

soyez les bienvenus à la nuit des maths, samedi 4 juillet à Tours, conférences (Cédric Villani), mathémagie, jonglerie, nombreuses surpises et théâtre scientifique,
L’île logique aura le plaisir d’y donner une représentation de son spectacle de clowns scientifiques, « Pilouface« , spectacle familial tout public à 15h,
ainsi que « Galois Poincaré, mythes et maths » à 22h15, sur les travaux de ces illustres savants.
plus d’infos ici :
http://www.nuitdesmaths.org/presentation/

N’hésitez pas, par ailleurs à nous solliciter pour la semaine de la science qui dure 3 semaines !!!

Aussi, il reste quelques places pour le stage théâtre et sciences que nous organisons en Bretagne les 24 et 25 octobre.

Pour ceux qui n’ont pas vu L’affaire 3.14, nous serons au théâtre de la Reine Blanche le 26 septembre (Paris 18e) et les 15 et 16 octobre à Montpellier.

N’hésitez pas à visionner le petit clip sur le la création théâtrale que nous avons faite avec une classe de 5e autour de leur programme de mathématiques, ce concept peut se décliner de multiples façons adaptées !!
https://www.youtube.com/watch?v=KFNUoj_D5-A

Toute l’équipe vous souhaite un bel été,
caniculairement….

Cédric
www.ilelogique.fr

7 mai 2015

L’île logique, suite

Filed under: Actualité, Enseignement, Mathématiques, théatre, vidéo — Étiquettes : , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 11:39

Bonjour à tous,

L’île logique est heureuse de vous présenter le petit clip de présentation du travail de création théâtrale que nous avons fait, en 5 semaines, avec une classe de 5e (Maubeuge) autour de leur programme de mathématiques :
Cette expérience est bien sûr renouvelable dans d’autres établissements, avec d’autres niveaux scolaires, et il est possible aussi, en moins de temps, de remonter la pièce avec des 5e !
https://www.youtube.com/watch?v=KFNUoj_D5-A

Par ailleurs n’hésitez pas à nous contacter pour la fête de la science ou tout autre manifestation !

Nous proposons, par exemple, en cette année de la lumière, un spectacle sur les principes de l’effet laser :

A quoi ce laser ???
Énergie, puissance, premier principe, onde, vitesse, fréquence, diffraction et compagnie, électrons, quanta d’énergie, photons, onde/corpuscule, laser (émission stimulée, inversion de population, fréquence et direction fixe, etc.) dans un truc loufoque où des personnages sortis de nulle part n’ont rien à faire ici, le côté obscur de la lumière…
http://ilelogique.fr/index.php/les-spectacles/82-aquoicelaser

Merci à vous,
bien cordialement,

Cédric
www.ilelogique.fr

9 avril 2015

France Culture: Gouverner par les nombres : comment en sortir?

http://www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-2eme-partie-gouverner-par-les-nombres-comment-en-sortir-2015-04-06#xtor=EPR-32280591

06.04.2015 – 12:55

Enregistrement de l’émission: http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=5019933 34 minutes.

Alain Supiot, professeur au Collège de France et Directeur de l’Institut d’études avancées de Nantes, explique pourquoi la logique comptable de « La gouvernance par les nombres » est, à terme, mortelle pour la pensée.

Il signe notamment :

– La gouvernance par les nombres, cours au Collège de France (2012-2014), chez Fayard

La solidarité, Enquête sur un principe juridique, chez Odile Jacob

– L’entreprise dans un monde sans frontières, Perspectives économiques et juridiques, chez Dalloz

 

Alain Supiot © Radio France

« La gouvernance par les nombres entraîne, à partir de la Seconde Guerre mondiale, un changement d’imaginaire. On passe de l’image de l’horloge, métaphore du travail comme logique mécanique, à une image liée à la cybernétique, où le travail est une réponse à des signaux. »

« Quand on est dans un monde de symboles coupé de la réalité, on subit une déshumanisation du travail, qui peut se combiner à celle qui résulte du travail mécanique. »

« La quantification est un outil puissant de la pensée humaine. Je critique en revanche le fait que, du fait de la logique ultralibérale, la loi est placée sous l’autorité d’un calcul. C’est une restriction du périmètre de la démocratie. »

14 juin 2014

Isabelle Aubert-Baudron: Commémoration des deux guerres mondiales : De la sémantique générale comme base de résolution des problèmes humains

Nous commémorons actuellement les anniversaires des deux guerres mondiales.  Jamais autant de documents d’archives, de débats, d’articles, de reportages ne leur avaient été consacrés dans les média. Toutefois un aspect non négligeable est absent de ces documents: ce sont les mécanismes de pensée qui ont engendré ces deux guerres.

Dans le contexte de la première guerre mondiale, Alfred Korzybski, un ingénieur polonais, attaché au Service de Renseignements du Quartier général de la Seconde Armée Russe, fut envoyé comme conseiller militaire au Canada et aux Etats-Unis, après que ses blessures de guerre l’avaient rendu incapable de combattre sur le terrain. Il réalisa que les mécanismes de pensée qui avaient engendré cette guerre reposaient sur les postulats de la logique d’Aristote, générateurs de conflits, et sur une fausse identification de l’espèce humaine à l’espèce animale, selon la définition aristotélicienne qui concevait l’être humain comme  « un animal composé d’un corps et d’une âme ». Considérant que cette logique, qui reposait sur l’antique vision de l’homme et du monde et avait façonné nos langages, doctrines et institutions, était dépassée dans le contexte scientifique du XX° siècle, il entreprit d’en édifier une nouvelle, en partant des nouvelles recherches d’alors en mathématiques sur la géométrie non-euclidienne, en physique quantique sur les travaux d’Einstein. Sur ces bases il énonça de nouveaux postulats permettant d’échapper aux pièges de l’aristotélisme, à partir desquels il formula la « sémantique générale » ou « logique non-aristotélicienne ».

Il commença à enseigner celle-ci au Canada et aux Etats-Unis dans le cadre de l’armée, puis devint secrétaire de la Commission militaire franco-polonaise. Après la deuxième guerre mondiale, il devint secrétaire de la Commission Polonaise à la Société des Nations, puis fonda l’Institut de Sémantique Générale en 1938. La SDN fut remplacée en 1945 par l’ONU, dans le cadre de laquelle l’Institut de Sémantique Générale est toujours représenté en tant qu’organisation non-gouvernementale.

Au cours du XX° siècle, plusieurs auteurs, évoluant dans des sphères d’activité différentes, s’inspirèrent de ses travaux : le psychologue Gregory Bateson mit sur pied les bases de la pensée systémique, le philosophe Gaston Bachelard écrivit « La Philosophie du Non », le biologiste Henri Laborit étudia la structure des organismes vivants en situation d’agression (agressologie), élabora sa théorie de l’inhibition de l’action , et inventa, entre autres, dans le cadre de son laboratoire d’Eutonologie à l’hôpital Boucicaut, un inhibiteur de l’inhibition, la  minaprine (Agr1240), commercialisée sous le nom de Cantor (années 80 – début des années 90). En littérature, l’auteur de science-fiction Alfred Van Vogt écrivit la saga du non-A (Le Monde du Non-A, les Joueurs du Non-A, La Fin du Non-A) qui popularisa la sémantique générale, et l’écrivain américain William Burroughs l’appliqua en littérature, entre autres à travers son étude des systèmes de contrôle, dont s’inspirèrent Michel Foucault et Gilles Deleuze, et en expérimentant de nouvelles fonctions non-aristotéliciennes de l’écriture.

Or, 100 ans après le début de la première guerre mondiale, nous sommes toujours prisonniers des mêmes mécanismes de pensée et de leurs effets destructeurs, et reproduisons les mêmes comportements. Nos économistes, politiciens et autres « experts » et communiquants n’ont entamé aucune révision de leurs doctrines et continuent d’appréhender  le monde en 2014 avec des mécanismes de pensée antiques, pour notre malheur et le leur.

L’extrait ci-dessous de « Science and Sanity » (1933), l’œuvre principale de Korzyski, est plein d’enseignements concernant nos problématiques économico-politiques actuelles, les relations entre Etats-Unis et Russie, les événements qui se déroulent en Ukraine, etc.. Il nous ouvre des possibilités de résolution de ces problématiques qui existent potentiellement, mais n’ont jamais été utilisées jusqu’ici. Or ce n’est qu’en intégrant et en appliquant aux niveaux humains les avancées de notre évolution scientifique et en apprenant à utiliser notre cerveau correctement que nous pourrons les résoudre, mettre un terme à la logique du conflit qui nous maintient, en toute inconscience, depuis plus de 2000 ans, dans un état d’évolution fixé dans nos affaires humaines, et devenir des humains adaptés à ce niveau d’évolution scientifique en 2014.

Isabelle Aubert-Baudron

 

Extrait de CHAPTER XIX:  “MATHEMATICS AS A LANGUAGE OF A STRUCTURE SIMILAR TO THE STRUCTURE OF THE HUMAN NERVOUS SYSTEM”  (p. 269-274)

“La structure de nos vieux langages a façonné nos réactions sémantiques et engendré nos doctrines, croyances. , qui ont forgé nos institutions, coutumes, habitudes et ont, en fin de compte, conduit fatalement à des catastrophes comme la guerre mondiale. Nous avons appris il y a longtemps, à travers la répétition de tristes expériences, que les prédictions concernant les affaires humaines ne sont pas vérifiées empiriquement. Nos doctrines, institutions, et autres disciplines sont incapables de gérer de quelque manière que ce soit la situation sémantique, d’où la prédominance de la dépression et du pessimisme.

Nous entendons partout des récriminations concernant la stupidité ou la malhonnêteté de nos dirigeants, comme définis antérieurement (1), sans réaliser que, bien que nos dirigeants soient de l’aveu général très ignorants, et souvent malhonnêtes, toutefois les mieux informés, les plus doués, et les plus intègres d’entre eux ne peuvent prédire ni prévoir les événements, tant que leurs arguments sont énoncés dans un langage d’une structure non similaire à celle du monde et de notre système nerveux. Dans ces conditions, se répandre en imprécations, même en réponse à des provocations, ne peut être ni constructif, ni d’aucun secours. Les arguments présentés dans des langages d’une vieille structure ont conduit fatalement à des systèmes qui sont structurellement “non-naturels”, et en conséquence, sont voués à disparaître, et qui  imposent un stress inutile et artificiel à notre système nerveux. Les conditions de vie que nous nous imposons deviennent de plus en plus intenables, engendrant une augmentation des maladies mentales, de la prostitution, de la criminalité, de la brutalité, de la violence, des suicides, et de signes similaires d’inadaptation. On ne devrait jamais oublier que l’endurance humaine a des limites. Le “savoir” humain façonne le monde humain, il influe sur les conditions de l’environnement et les autres aspects de celui-ci – un facteur qui n’existe pas dans une telle mesure dans le monde animal.

Nous parlons souvent de l’influence de l’hérédité, mais nous analysons beaucoup moins l’influence que l’environnement, et particulièrement l’environnement verbal, a sur nous.  Non seulement nos doctrines sont toutes verbales, mais la structure des langages anciens reflète la métaphysique structurelle des générations passées, qui affectent les réactions sémantiques (2). Le cercle vicieux est bouclé. La mythologie primitive a façonné la structure du langage. A travers celle-ci, nous avons délibéré de nos institutions, de nos systèmes, nous les avons argumentés, et par ce biais les  suppositions primitives structurelles ou mythologies les ont une fois de plus influencées. On ne doit pas perdre de vue que les effets réciproques, les interactions et les échanges sur le plan affectif sont présents à jamais dans la vie humaine, sauf, peut-être, dans des maladies mentales sévères (pas dans tous les pays) et comparativement rares. Nous pouvons cesser de parler, nous pouvons cesser de lire ou d’écrire, et cesser tout échange et toute interaction intellectuelle entre individus, mais nous ne pouvons pas empêcher certaines réactions sémantiques ni les supprimer entièrement.

Un réajustement linguistique structurel  aura pour résultat, il est vrai, d’invalider la plupart de nos vieilles doctrines, et conduira ainsi à une révision scientifique fondamentale de nouvelles doctrines et de nouveaux systèmes, en modifiant de façon constructive nos réactions sémantiques. Ainsi par exemple il est incorrect d’opposer  les termes « capitalisme » et « socialisme », car ces termes désignent des aspects différents du problème humain, qui ne sont pas directement comparables. Si nous voulons utiliser un terme mettant en valeur le caractère symbolique des relations humaines (3), nous pouvons utiliser le terme « capitalisme » et ensuite nous pouvons comparer directement des formes de capitalisme individuel, de groupe, national, international,. Si nous voulons insister sur les aspects psycho-logiques, nous pouvons parler d’individualisme opposé au socialisme,. Evidemment, dans la vie les  effets interagissent les uns sur les autres, mais les implications verbales demeurent, empêchant toute clarté et induisant dans toute discussion des réactions sémantiques inadaptées.

En termes vernaculaires, il existe actuellement  une « lutte » et une « compétition » entre deux formes d’« industrialisation » entièrement différentes, et deux formes de « commercialisation» différentes, basées en fin de compte sur deux formes différentes de « capitalisme ». L’un est le « capitalisme individuel », qui se transforme rapidement en « capitalisme de groupe », en théorie  généralement poussé à l’extrême aux Etats-Unis d’Amérique et dans une moindre mesure dans le reste du monde occidental, et un « capitalisme social », prônée dans l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques. Ces deux tendances extrêmes, également liées à des perturbations  sémantiques, sont dues à une « déclaration d’indépendance » verbale (4) de deux pays qui étaient, jusqu’à  une époque récente, très isolés.  Les Etats-Unis d’Amérique ont proclamé la doctrine selon laquelle l’homme est « libre et indépendant », alors qu’en fait il n’est pas libre, mais fondamentalement interdépendant. Les Soviets ont accepté sans esprit critique et sans l’avoir révisée une  doctrine désuète basée sur la « dictature du prolétariat ». En  pratique, cela signifierait la dictature des masses non éclairées, qui, si elles étaient en réalité abandonnées à leurs croyances et privées du travail intellectuel des scientifiques et des dirigeants,  rétrograderaient à une forme primitive de vie animale. Manifestement, ces deux croyances extrêmes violent chaque caractéristique spécifiquement humaine. Nous sommes interdépendants en tant que  time-binders (5), et nous sommes interdépendants parce que nous possédons des centres nerveux supérieurs, bien plus complexes que ceux des animaux. Sans ces centres nerveux supérieurs, nous ne pourrions absolument pas être des humains ; les deux pays semblent négliger ce fait, car tous deux utilisent le travail intellectuel, et pourtant les travailleurs intellectuels n’y sont pas appréciés à leur juste valeur. La foule ignorante, avec ses réactions sémantiques animalières cultivées historiquement et psycho-logiquement, retarde le progrès et les relations de bonne intelligence entre humains. Les dirigeants ne dirigent pas, mais la plupart d’entre eux sous-estiment la psycho-logie des foules, surtout préoccupées par leur porte-monnaie ou leur estomac.

Dans les deux pays, les réactions sémantiques sont telles que le travail intellectuel, bien qu’exploité commercialement, n’est pas considéré à sa juste valeur et  qu’il est toujours persécuté ici et là. Par exemple, aux Etats-Unis, nous assistons à des procès et des résolutions contre le travail de Darwin, en dépit du fait que sans une théorie donnée de l’évolution, la plupart des sciences naturelles, y compris la médecine, seraient impossibles. En Russie, nous trouvons des décrets contre la recherche fondamentale, sans laquelle la science moderne est impossible. Les deux pays semblent oublier que tout progrès « matériel » chez les humains est dû uniquement au travail intellectuel de quelques travailleurs sous-payés et surmenés, qui utilisent correctement leurs centres nerveux supérieurs. Quand la science se saisira des problèmes de réactions sémantiques et de santé, nos relations humaines et notre bonheur  individuel deviendront également des sujets de recherches scientifiques. Si des chercheurs internationaux et interdépendants produisent des découvertes et des inventions, chacun, même au plus bas niveau de développement, peut utiliser leurs réalisations ou en abuser, quel que soit le « projet » ou le « non-projet » adopté. Les deux pays semblent ne pas comprendre actuellement qu’un grand développement des moyens mécaniques et une application des réalisations scientifiques tournée  exclusivement vers le confort animal ne parviennent pas à rendre les gens plus heureux, ni à élever le niveau culturel, et qu’ils font probablement tout l’inverse. Personnellement je ne doute pas qu’ils le comprendront un  jour ; mais si les dirigeants des deux pays étaient assez éclairés et avaient pu le prévoir assez tôt, une compréhension plus précoce de ce simple fait sémantique aurait, en attendant, évité à un grand nombre de gens une grande somme de souffrance,  de confusion et d’autres difficultés sémantiques,.

Le futur témoignera d’une lutte entre le capitalisme individuel et de groupe, comme cela se produit aux Etats-Unis d’Amérique, et entre le capitalisme collectif ou social, selon l’exemple des Républiques Soviétiques. Il n’y a pas besoin d’être prophète pour prévoir que certaines tendances de l’histoire sont inéluctables en raison de la structure du système nerveux humain. Tout comme les trusts ou les groupes ont remplacé le capitalisme en théorie « individuel » aux Etats-Unis d’Amérique, le capitalisme d’Etat remplacera les trusts, pour être remplacé à son tour par un capitalisme international (6).

Nous ne sommes pas choqués par le caractère international de la science. Nous ne sommes pas « patriotes à 100 pour cent » dès qu’il s’agit d’utiliser dans la vie de tous les jours des découvertes et des inventions provenant d’autres nations. La science est un produit sémantique d’une caractéristique symbolique humaine générale ; ainsi, naturellement, elle doit être générale et, partant de là, « internationale ». Mais le « capitalisme » est aussi un produit sémantique du symbolisme unique et général ; il est également un produit unique du système nerveux humain, dépendant des mathématiques, et destiné, en tant que tel, de par son caractère intrinsèque, à s’internationaliser. Il n’y a aucune raison pour que nos réactions sémantiques doivent être perturbées dans un cas plus que dans l’autre. Le problème ultime n’est pas d’ « abolir » ou non « le capitalisme », ce qui ne se produira jamais dans une classe de vie symbolique, mais de transférer le contrôle des dirigeants privés socialement irresponsables, non contrôlés, et pour la plupart ignorants, vers des serviteurs publics plus responsables,  formés professionnellement, et contrôlés socialement, et non à des patrons. Si un pays ne peut former des agents publics et des dirigeants honnêtes, intelligents, et dotés d’une formation scientifique, c’est, bien entendu, tout à fait désastreux pour ses citoyens ; mais cela n’est pas à généraliser, parce que c’est exceptionnel. Ainsi, dans les Républiques Soviétiques, le trafic d’influence est pratiquement absent au sens où il existe aux Etats-Unis ; mais la mentalité des hommes publics y est pratiquement paralysée du fait que le travail intellectuel est sous-évalué. Je me demande à quel point on réalise, dans l’un ou l’autre pays, que n’importe quel « travailleur manuel », aussi humble soit-il, est embauché exclusivement pour son cerveau humain, ses réactions sémantiques, et non essentiellement pour ses mains !

Le seul problème auquel le reste de l’humanité doit se confronter est de savoir comment cette lutte sera gérée et combien de temps elle durera, le résultat étant inéluctable, comme le démontre l’élimination impitoyable du capitalisme individuel par le capitalisme de groupe (trusts) aux Etats-Unis. Dans les Républiques Soviétiques, ils sont simplement allés plus loin, mais dans une direction similaire. Les luttes impliquent des souffrances ; et nous devrions nous réconcilier avec ce fait. Si nous voulons provoquer le moins de souffrances possibles, nous devrions en finir avec les méthodes animalières basées sur la compétition. Des méthodes humaines de résolution des problèmes dépendent d’ordres d’abstractions supérieurs, de recherches scientifiques sur la structure et le langage, d’une révision de nos doctrines. , visant à favoriser une adaptation pacifique aux faits de la vie, qui sont des réalités, que cela nous plaise ou non. Si nous voulons obtenir le plus de souffrances possibles, continuons dans la voie du tâtonnement stupide, aveugle, animalier et dépourvu de scientificité, comme nous le faisons actuellement.

Mon but n’est pas de prophétiser, mais d’analyser différentes questions sémantiques structurelles et linguistiques qui sous-tendent toutes les activités humaines, et de produire ainsi un matériau pouvant aider l’humanité à choisir consciemment sa destinée. Ce qu’ils feront ne me concerne pas directement, mais il semble que les deux pays, qui ont tant en commun, et qui doivent nécessairement jouer un rôle important dans le futur de l’humanité, en raison du nombre de leurs habitants, de leur superficies, et de leurs ressources naturelles, devront faire plus attention aux soi-disant questions « intellectuelles, ou, plus simplement, ne pas négliger les différences entre les réactions infantiles et adultes. Sans quoi, il en découlera des résultats culturels gravissimes et désastreux pour nous tous.

Les problèmes du monde en 1933 sont graves et se posent dans l’immédiat, portant en eux la confusion, l’amertume, le désespoir, et d’autres formes de troubles sémantiques. Sans des moyens – et dans ce cas, des moyens scientifiques et physiologiques – pour réguler nos réactions sémantiques, nous ne serons pas en mesure de résoudre nos problèmes assez tôt pour éviter des désastres. La similarité de structure entre les mathématiques et notre système nerveux, une fois mise en lumière et appliquée, nous donne un moyen unique de réguler les réactions sémantiques, sans lequel il est pratiquement impossible d’analyser de manière dépassionnée et avec sagesse les problèmes les plus cruciaux d’une importance immédiate.

La présente recherche démontre que les vieux langages, dont la structure n’est pas similaire à celle du monde et de notre système nerveux, ont automatiquement structuré nos doctrines, nos croyances et nos habitudes, nos réactions sémantiques, ainsi que ces institutions faites par l’homme qui reposent sur des controverses verbales. En outre, celles-ci façonnent à leur tour les réactions sémantiques et, tant qu’elles se perpétuent, elles contrôlent nos destinées.

Quatre questions importantes pourraient être détaillées, mais, faute  de place,  je me contente d’en faire un résumé révélateur :

  1. Dans le système aristotélicien, tous nos anciens sous-systèmes existants, avec toutes leurs qualités comme leurs défauts, sont le produit d’une nécessité sémantique aristotélicienne, psycho-logique et structurelle.
  2. Tout nouveau système moins défaillant se heurte à un handicap considérable, à savoir que de tels système manquent de nouvelles bases sémantiques constructives à valeurs infinies, et qu’ils se perpétuent sans alternative possible à travers des arguments à deux valeurs formulés dans un langage d’une vieille structure élémentaliste (7) ; pourtant ils aspirent « émotionnellement » à quelque chose de nouveau et de meilleur, alors que les deux sont inconciliables.
  3. Un discours basé sur l’ancienne orientation élémentaliste et à deux valeurs, indépendamment de sa véracité fondamentale et de ses bénéfices éventuels, peut être réfuté verbalement sur des base verbales s’il repose sur l’ancienne structure du langage. Quand nos décisions reposent sur des considérations psycho-logiques, elles ne sont jamais bien fondées : elles ne peuvent jamais susciter le respect qu’inspire la démarche scientifique, ni parvenir à la fiabilité de celle-ci. C’est pourquoi nous tâtonnons – la seule méthode possible consistant dans ces conditions à reproduire les procédés empiriques animaliers, qui consistent à manipuler les foules avec des diatribes enflammées dans lesquelles la raison n’a pas sa place, et qui demeurent, à travers la vieille structure verbale, prisonniers des conséquences antiques de postulats applicables aux animaux, mais fondamentalement inadaptés aux humains.
  4. Dans le cadre du vieux système dualiste aristotélicien, élémentaliste, il est théoriquement impossible de parvenir à un accord ; c’est pourquoi une rupture radicale avec l’ancien système nécessite principalement un système non-élémentaliste (8), basé sur une infinité de valeurs, sur des postulats de base négatifs, permettant d’élaborer une théorie de l’entente universelle, qui repose sur une révision structurelle de nos langages, engendrant de nouvelles réactions sémantiques non perturbées, évitant de calquer nos réactions nerveuses sur celles des animaux. »

__________

Notes:

1. Science and Sanity: PREFACE TO THE FIRST EDITION 1933 :

« Nos dirigeants: politiciens, “diplomates”, banquiers, prêtre de toutes sortes, économistes, hommes de loi, etc., et la majorité des enseignants demeurent actuellement largement ou totalement ignorants de la science moderne, des méthodes scientifiques, et des questions structurelles, linguistiques et sémantiques en 1933, et manquent également d’un bagage historique et anthropologique essentiel, sans lequel une orientation saine est impossible. Cette ignorance est souvent délibérée, car ils refusent, pour la plupart, sur la base d’excuses variées, de lire les travaux modernes qui traitent de tels problèmes. En découle un conflit, créé et entretenu, entre les avancées de la science qui affectent les conditions de vie actuelles, et les orientations de nos dirigeants, qui sont souvent dépassées depuis des siècles, ou un ou deux millénaires. Le monde dans les conditions actuelles est en proie au chaos ; sur le plan psycho-logique il en découle un état d’impuissance – de désespoir, engendrant souvent un sentiment d’insécurité, d’amertume, etc., et nous avons été témoins récemment de déchainements psychologiques de masse, similaires à ceux du haut moyen âge. Peu d’entre nous réalisent actuellement que, tant qu’une telle ignorance de nos dirigeants prévaut, aucune solution à nos problèmes humains n’est possible ».

2. Réaction sémantique : réaction aux mots, à la signification d’un terme que provoque son emploi. Elle affecte l’organisme au niveau cellulaire, engendrant des répercussions sur l’ensemble de l’organisme psycho-somatique pouvant entraîner certaines maladies. (Ndt)

3. Voir le chapitre VI de Science and Sanity  : Du symbolisme http://semantiquegenerale.free.fr/onsymbolism.pdf . (Ndt)

4. Voir le reportage Où va l’Ukraine ?diffusé sur Arte les 3 et 110 juin 2014 http://www.arte.tv/guide/fr/052427-000/ou-va-l-ukraine-un-pays-en-etat-d-urgence  http://videos.arte.tv/fr/videos/ou-va-l-ukraine-un-pays-en-etat-d-urgence–7869490.html https://www.youtube.com/watch?v=e05bNg81Y1Y . (Ndt)

you tube: http://youtu.be/e05bNg81Y1Y

5. Time-binders : reliés à travers l’espace-temps : grâce au langage humain et à l’écriture qui relient les humains séparés par la distance spatio-temporelle, les sociétés humaines élaborent des cultures et des civilisations qui évoluent. Chaque génération enrichit et refaçonne un acquis qu’elle transmet à la génération suivante, qui va le modifier et l’accroître à son tour. (NdT).

6. Ce capitalisme international correspond à la forme qu’il a acquise de nos jours, désignée par le terme “mondialisation”. (Ndt)

7. Elémentaliste : attitude qui consiste à séparer verbalement et à concevoir comme isolés  des facteurs ou éléments qui sont liés structurellement. Ex. :  « le corps » et « l’esprit », « l’espace » et « le temps », etc.

  • ce ne sont pas des réalités isolées,
  • ce ne sont pas des éléments que l’on peut séparer de l’ensemble formé par le jeu des relations,
  • la désignation qui les isole artificiellement ne recouvre qu’une fiction. (Ndt)

8. Non-élémentaliste : attitude non-élémentaliste : effort pour ne pas isoler les uns des autres des facteurs ou des éléments reliés les uns aux autres structurellement : l’observateur aborde ce qu’il observe avec la totalité de son organisme psychosomatique. Les caractéristiques de cet organisme sont liées aux influences reçues du milieu. (Ndt)

© Traduction (provisoire) : Isabelle AUBERT-BAUDRON

Pour en savoir plus sur la logique d’Aristote, voir Les différentes étapes de l’évolution de l’Occident: Aristote, Descartes, Korzybski, Trois visions de l’homme et du monde .

21 mars 2014

L’île logique à la BNF

Filed under: Actualité, clowns, Enseignement, Mathématiques, Recherche, Teaching, théatre — Étiquettes : , — Isabelle Aubert-Baudron @ 3:58

Bonjour,

Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, Jean-Marc  Merriaux, directeur général de Canopé, Bernard Egger, président de l’APMEP et  L’île logique ont le plaisir de vous convier à la journée de clôture de la  semaine des mathématiques : les maths font  leur cinéma, le samedi 22 mars à partir de 14h30 au grand auditorium de  la Bibliothèque Nationale de France à Paris (ateliers, jeux, conférences et  spectacles gratuits).

L’île logique, notre compagnie de théâtre et clowns  de sciences théoriques, aura le plaisir d’y donner une représentation d’une  partie de deux de ses spectacles :
– 15h30 – 16h10 : l’Affaire  3.14, pièce de théâtre burlesque sur le programme de maths de lycée.
–  17h15 – 17h55 : Galois,  Poincaré, mythes et maths… sur les travaux de ces savants.

Pour  ceux, en Bretagne par exemple, qui ne pourraient pas venir, nous vous rappelons  la  journée en sciences inverses que nous co-organisons à Séné avec la salle  Grain de Sel et de nombreuses associations (Petits débrouillards, Ardoukoba,  opération Joconde…) le 17 mai à partir de 10h.

Par ailleurs n’hésitez  pas à nous contacter pour la fête de la science qui se tiendra du 26 septembre  au 19 octobre prochain, nous commençons déjà à mettre en place notre  planning.

Au plaisir de vous voir samedi !
Bien  chaleureusement,
Cédric
www.ilelogique.fr

17 janvier 2014

A non-Aristotelian logic : general semantics in the framework of evolution of the West

Je mets en ligne cet article et cette traduction pour le MOOC « General Semantics: An Approach to Effective Language Behavior » , Manchester University, qui se déroule actuellement du 13 janvier 2014 au 24 février 2014, animé par Steve Stockdale, Mary Lahman et Greg Thompson.

Korzybski called general semantics a “non-Aristotelian” logic. This requires clarifications on the meaning of this term and its origin.

Some important elements played a large part in the way Korzybski elaborated general semantics related to his experience of World war 1 : he found out that the mechanisms of thinking which had led to this war were based upon the premices of Aristotelian logic, elaborated 450 BC., which induced relations of opposition and conflict. This logic  rested upon the antique vision of mankind and of the world: the earth was conceived as flat, and at the center of the universe. Such a conception was of course obsolete and not valid anymore in the beginning of the twentieth century, as well as Aristotle’s logic. So Korzybski realized the gap between our evolution at the scientific level (XXth century), and in human domains (-450 BC and XVIIth century). He infered that, starting from the physics and mathematics of his time, he might elaborate a new logic fitting to the level of evolution of sciences, which would mentally free mankind from this logic of conflict. He built up general semantics, a a non-Aristotelian logic, upon the researches in modern physics : in the chapter XXXVII of Science and Sanity, “On the notion of “Simultaneity”  , he starts from Einstein’s work to integrate in his logic the role of the observer on the result of the observation, which was neglected in the previous logics (Aristotle and Descartes) and the physics they rested upon. This chapter seems to me very important because the reader can state the mathematical demonstrations and understand the scientific basis of general semantics.

Now, to understand what non-Euclidian geometry (XXth century) rests upon, you have to have a minimum of knowledge about Euclidian geometry (antiquity). Hence, before starting the GS teaching, what a non-Aristotelian discipline is about, a minimum of knowledge on Aristotle’s logic seems to me necessary, especially to to become aware of the ways it conditions our mechanisms of thinking and our behaviours, as well as its use in the domain of communication, so to become able to escape from its tricks. 

Here is in pdf a first draft of translation from my article “Les différentes étapes de l’évolution de l’Occident: Aristote, Descartes, Korzybski, Trois visions de l’homme et du monde”   .

It needs corrections and is not definitive (January 2014).

THE DIFFERENT STEPS OF EVOLUTION OF THE WEST Aristotle Descartes Korzybski

One point to avoid misunderstandings: “non-Aristotelian” does not mean “anti-Aristotelian”:  

The meaning of the terms “non-Euclidian”, “non-Newtonian” and “non-Aristotelian” does not mean that those domains would be “opposed” to the previous systems, but that the applications of the first ones, which appeared in the context of the sciences of the previous times, could not apprehend nor solve the new problems inherent in the level of scientific evolution at the Xxth century: for instance, Newton’s physic was helpless to solve problems created by modern technology: impossible to build or repair a computer or a radio with Newton, whose work was previous to the discovery of electricity.

 Non-Newtonian physics are not opposed to the one of Newton, they are used to solve problems which did not exist when he was alive.

 Those different systems are different element of the same set: without the Euclidian  and Aristotalian system,  the Newtonian and non-Newtonian ones could not have arisen. See 1. Que signifie « non-aristotélicien » ?  (What does « non-Aristotelian » mean ?)

 We can compare those steps of evolution of the West to the different ages of a human being: as adults, we do not think nor act anymore as we did when we were born, nor during our childhood. Though our life is different when we are a baby, then a child and then an adult, those different ages are parts of a human life and cannot be opposed.

17 décembre 2013

La Khan Academy débarque en langue française !

Filed under: Enseignement, Géométrie, Mathématiques, vidéo — Étiquettes : , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 4:47

http://www.khan-academy.fr

LA KHAN ACADEMY, UN PHÉNOMÈNE MONDIAL

La Khan Academy est une organisation à but non lucratif qui a pour mission de donner accès à l’enseignement gratuit pour tous, à travers le monde. La Khan Academy met à disposition des contenus pédagogiques en ligne (leçons vidéo, exercices d’évaluation des compétences, outils de suivi pour les enseignants, etc.) qui permettent un apprentissage personnalisé et interactif pour les apprenants de tout âge.

Depuis sa création en 2006, elle propose chaque mois à 6 millions d’utilisateurs plus de 4500 leçons vidéo et transforme l’enseignement aux Etats-Unis, au Brésil ou au Mexique. Ces deux dernières années, les vidéos disponibles gratuitement sur YouTube ont été visionnées plus de 280 millions de fois et les utilisateurs ont effectué plus d’1,2 milliard d’exercices. La Khan Academy propose des leçons sur des sujets aussi variés que les mathématiques, la biologie ou l’histoire de l’art.

Plus d’informations sur : www.khanacademy.org/about

Cédric Aubouy: Clown et science abstraite

Filed under: Actualité, clowns, logique, Mathématiques, Recherche, Teaching, théatre — Étiquettes : , , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 8:27
Clown et science abstraite
De l’intérêt et des moyens de vulgariser les sciences théoriques par le clown théâtre.

© Cédric AUBOUY

A lire en pdf:
clown et sciences abstraites
FESTICLOWN_1111100654.jpg
Le Télégramme: Festi’clown. Sous le nez rouge de Cédric Aubouy
 

6 décembre 2013

L’île logique

Filed under: Actualité, Arts, clowns, Géométrie, Mathématiques, Philosophie, théatre — Étiquettes : , , , , , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 11:51

L’île logique

Partons ici même… pièce burlesque pour les 8-12 ans
Pilouface, spectacle tout public
L’île logique est une compagnie de théâtre et clowns de sciences fondamentales tout public. Nous abordons le contenu des sciences théoriques par des moyens artistiques burlesques, d’une façon à la fois distrayante et pertinente, absurde et rigoureuse.
A ce jour, nous proposons 7 spectacles abordant des contenus scientifiques théoriques variés (zéro, énergie, relativité du mouvement ou du temps, logique, géométrie, mécanique, fonctions, infini, récurrence, théorie de Galois, travaux de Poincaré, matérialité de l’air, écosystème, forces, chaîne alimentaire, astronomie, ondes, structure de la matière, nature de la lumière, histoire des sciences, épistémologie…), des animations scientifiques, des créations de spectacles ou saynètes sur mesure, des ateliers ou activités pédagogiques, des interventions de clowns scientifiques lors de colloques, des concerts scientifiques, des conférences…
Mettre de la ludicité dans la lucidité…
Dé-pensons spectacle sur la pensée critique
L’île logique s’est produite au sein de nombreuses structures, établissements scolaires, centres de culture scientifique, festivals, collectivités locales, associations scientifiques, grandes écoles, comités d’entreprise… (liste exhaustive sur le site).
Nous avons notamment reçu l’appui chaleureux de Cédric Villani (médaille Fields 2010, directeur de l’IHP), de l’École Polytechnique, du CNRS, du département du Morbihan, de la revue Tangente, de Stella Baruk et Marie-Odile Monchicourt (France-Info). Nombreux témoignages sur le site…
L’affaire 3.14 pièce burlesque sur le programme de lycée
De nombreuses informations (détails par spectacle, contenus scientifiques, vidéos, photos, dossiers artistiques et pédagogiques, témoignages…) sont sur notre site.
Contact : Cédric 06 64 81 34 82 / cedric@ilelogique.fr

7 novembre 2013

Aristotelian and non-Aristotelian economies

Isabelle Aubert-Baudron
(Revised : June 2013)

In French: Economie A / économie non-A

Aristotelian economy

Non-Aristotelian economy

Assumptions:– Belief in the value of money as something real, and economic rules feature an existence in itself, independent of its users, Assumptions:– A concept of money as « a symbol of exchange between humans, whose value is based on an agreement between its users and the economic rules that depend on contracts between its users » (Alfred Korzybski: « Science and Sanity « : On symbolism (Chapter 6)
– The assumption that it is not possible to get rich without taking money from someone else, – The assumption that it is possible to make money without taking it to someone else,
– A structure of relationships based on exclusion, – A structure of relationship based on the inclusion of all elements in the same set, (« A structure is the set of relationships between the elements of a same whole. » Henri Laborit, « La Nouvelle Grille »)
– Relationships of competition, of conflict between insiders and outsiders, rich and poor, etc.

– This stucture of relationships leads to a mutual destruction of the respective forces and energies 1 + 1 < 2

– Relationships of non-dominance, complementary, interdisciplinarity and informational opening, similar to the structure of living organisms (Henri Laborit), leading to a higher result than the sum of the parts (1 + 1 = 3): mathematical principle of non-additivity : (Alfred Korzybski: » Science and Sanity« : On order” (Chapter 12) This principle has been applied by William Burroughs and Brion Gysin in literature (« The Third Mind »).
– A strategy based on intelligence of balance of power to get money. The advantage is to the strongest. – A strategy based on the strength of relationships of intelligence, which invalidates the logic of strength relations. The advantage is to the most intelligent.
This system is based on parasitism, the looting of resources, and the principle that consists in sawing off the branch on which you sit: once the resources have run out, there is nothing left to plunder, the system collapses. – This system is based upon a use of the resources adapted to the actual needs.Enrichment of ALL partners.
The people serve the company:– Absolute value of profit to the detriment of people. A company serving people:– function of the company: allow all elements of the set to make a living.
– Hierarchies of dominance ; a symbolic hierarchic power, without relation to the actual capacities of the people in charge. The people at the bottom, on which the whole pyramid rests, have no hierarchic power. – Hierarchy of knowledge and skill. The people at the bottom, on which the whole pyramid rests, have the real power :  » Power first depends on the necessity of the function, for the human set taken in account. Any individual or group of individual who is not indispensable for the structure of a set have no reason to be in « power », as this set can fulfill its function without them. » (Henri Laborit, « La Nouvelle Grille », p. 182).
– Absolute value of profit to the detriment of people. – Value of the individual proportional to his status, reduced to the money one can bring, to a resource. – Absolute value of the human person, – Relative value of money, depending on the services it can provide as « a symbol for human agreement » (Korzybski)
– Power: domination, manipulation, negative success. . – Power of performance: positive success.
– Problematic of guilt: Action based upon criteria « good / bad », concept of fault.

– Opposition between individual and collective interests.

– Responsibility: Action ddétermined according to the consequences of the acts, their outcomes. – The company as part of a whole: national and international economy, => base of relations in the interest of all.

– No opposition between individual interest and collective interest.

Staff management based on inferiority and manipulation of human beings (bullying) and on reducing the value of people to their diplomas and their status.

The purpose of this management is to exclude from the area of work as many people as possible to reduce salaries and their retirement pensions as much as possible, and limit the flow of money to a minimum of people,

Staff management based on mutual respect, appreciation, and consideration of the actual capabilities of each, and the absolute value of the human person.

The purpose of this management is to include as many citizens as possible in the workplace, according to his actual abilities.

Structure of hierarchical relationship of dominance. Structure of relations structurally similar to the human organism: complementarity, interdisciplinarity, informational opening.
Aristotelian mental structure: obsolete, corresponding to a vision of man and the world dating from 2400 years: mechanisms of thought structured by the principles of identity, contradiction and third excluded (see  A non-Aristotelian logic : general semantics in the framework of evolution of the West  & THE DIFFERENT STEPS OF EVOLUTION OF THE WEST Aristotle, Descartes, Korzybski ).Structure of static relations, based on the balance of power, obsolete compared to the structure of relations of our political model and in contradiction with the rule of law.

Non-A mental structure :

fitting in with our level of semantic evolution (a map is not the territory it represents, a map does not represent the whole territory, a map is self-reflexive), politics (Declaration of Human Rights and Citizen, 1789) and the rule of law.

Hierarchies of power: decision at the top, executors at the bottom. The capacities of individuals are limited to the ones of their function. Hierarchies of skill and knowledge: anyone can use his real capabilities at different levels, => people can work in what they can do well and enjoy doing. The individual skills are added to the skills of the set, the result, is higher than the sum of its parts, and becomes part of the wealth of the company.
Intensional attitude: economy based on theories, doctrines, developed in the interests of stakeholder, groups of economic actors (capitalism, market economy, liberalism, with their opposites: unionism, Marxism, etc..), => pressure groups always opposed in conflicts, unable to establish non conflictual relations, with a waste of the resources and energies in conflict. The amount of the wealth, resources and means taken in account is limited by theoric criteria of evaluation of the strongest. Extensional attitude: based upon the facts: – The real needs,

– The real means available to fill them: the sum of the resources of all countries at all levels, including those that are not considered as part of the economy A.

Allows to include all elements in the set, and build an economic framework that embraces them all.

The amount of the wealth, ressources and means taken in account is much higher than in the A economy.

No consideration of the will of the citizens: the economical orientations are decided in function of financial theories and the interests of lobbies, their human consequences remain hidden. Some aspects of this economy are occult, the rules are rigged. Integration of the citizens in decisions, and economical participation as actors in it and in accordance with the constitution. In decision making, favor an approach based on consideration of the consequences of these human level, and adjust the financial terms.
« Economics »: pseudo scientificity: no confrontation with the facts in front of unsatisfactory economic performance, no questioning of the directions taken. Does not rest on a given doctrine, nor political beliefs,but applies a real scientific approach: Apply in economy the step of the mathematicians of the XXth century (non-Euclidian geometry).
The economical maps are not similar to territories they are supposed to represent => the economical actual results do not fit with the expectated results => economical crisis.. There is no economical theory. The economical maps are drawn in function of the facts : the actual needs, the actual resources, and how to use those ressources to fulfill practicly the needs of the human set.
Planning of the shortage, created from scratch: the resources are presented as less important than the actual resources. No shortage : start from human needs and real resources at all levels.
Etc. Etc.

20 octobre 2013

La philosophie du non de Gaston Bachelard

A écouter sur France culture dans “les Nouveaux chemins de la connaissance” le quatrième volet des « Vertus du non »:
17.10.2013 – 10:00
Par Adèle Van Reeth
Réalisation : Olivier Guérin
Lectures : Georges Claisse
Invité(s) : Didier Gil, professeur de philosophie en hypokhâgne, chercheur associé au Centre de recherche sur l’histoire des système de pensée moderne (Université Paris I) Thème(s) : Idées| Philosophie| Gaston Bachelard 

1 avril 2013

Milton Dawes: Creative being

Filed under: Actualité, Alfred Korzybski, Mathématiques, Sémantique générale — Étiquettes : , — Isabelle Aubert-Baudron @ 5:29

Creative-Being-522x1024

Older Posts »

Commencez votre blog avec WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :