Pour une économie non-aristotélicienne / For a non-Aristotelian economy

12 septembre 2017

France Culture: Roland Gori: la fabrique des imposteurs et la toute puissance des pervers narcissiques

https://www.franceculture.fr/conferences/universite-de-nantes/la-fabrique-des-imposteurs-et-la-toute-puissance-du-pervers

« L’imposteur est aujourd’hui dans nos sociétés comme un poisson dans l’eau : faire prévaloir la forme sur le fond, valoriser les moyens plutôt que les fins, se fier à l’apparence et à la réputation plutôt qu’au travail et à la probité, préférer l’audience au mérite, opter pour le pragmatisme avantageux plutôt que pour le courage de la vérité, choisir l’opportunisme de l’opinion plutôt que tenir bon sur les valeurs, pratiquer l’art de l’illusion plutôt que s’émanciper par la pensée critique, s’abandonner aux fausses sécurités des procédures plutôt que se risquer à l’amour et à la création. Voilà le milieu où prospère l’imposture ! Notre société de la norme, même travestie sous un hédonisme de masse et fardée de publicité tapageuse, fabrique des imposteurs. L’imposteur est un authentique martyr de notre environnement social, maître de l’opinion, éponge vivante des valeurs de son temps, fétichiste des modes et des formes.

L’imposteur vit à crédit, au crédit de l’Autre. Soeur siamoise du conformisme, l’imposture est parmi nous. Elle emprunte la froide logique des instruments de gestion et de procédure, les combines de papier et les escroqueries des algorithmes, les usurpations de crédits, les expertises mensongères et l’hypocrisie des bons sentiments. De cette civilisation du faux-semblant, notre démocratie de caméléons est malade, enfermée dans ses normes et propulsée dans l’enfer d’un monde qui tourne à vide. Seules l’ambition de la culture et l’audace de la liberté partagée nous permettraient de créer l’avenir. » A travers cette conférence, organisée dans le cadre des conférences de l’Université permanente de l’Université de Nantes, Roland Gori revient sur les idées fortes de son dernier ouvrage « La Fabrique des imposteurs ».

Sur le même sujet:

Isabelle Aubert-Baudron: De la manipulation des symboles : (1) «les valeurs», «évaluation»

En pdf: https://generalsemantics4all.files.wordpress.com/2014/06/de-la-manipulation-des-symboles-14-06-2014.pdf

Des Systèmes de Contrôle – Tome 1 : Techniques de contrôle et stratégies de non-contrôle

Publicités

24 décembre 2013

Isabelle Aubert-Baudron: De la manipulation des symboles : (1) «les valeurs», «évaluation»

Filed under: Alfred Korzybski, Economie, Sémantique générale — Étiquettes : , , , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 5:31
© Isabelle Aubert-Baudron

Dans les discours diffusés par les média actuellement, je suis frappée par l’utilisation répétée, quelques soient les provenances de ces discours, de termes et de concepts qui semblent communs à tous les gens qui les utilisent, dans des buts différents, en leur donnant  des sens différents.  Les divers individus qui s’expriment utilisent généralement ces mots pour s’opposer les uns aux autres, dans le cadre de polémiques, bien que se référant à un langage de communication commun.

Pour mettre un peu d’ordre dans cette cacophonie langagière, il m’a semblé utile de me pencher sur quelques-uns de ces termes, en comparant leur sens d’origine défini par le dictionnaire avec le sens que leur donnent les communicants actuels, afin d’avoir une idée plus claire de ce dont on parlait exactement.

La validité des discours que nous pouvons être amenés à tenir repose sur leur conformité avec les faits : quand quelqu’un me dit quelque chose, et que je regarde ce qu’il en est en comparant avec ce que je peux moi-même observer, si je constate que ce qu’il me dit ne correspond pas aux faits, je sais que ses propos ne sont pas fiables.

Dans cette optique, les termes que je propose d’examiner ici aujourd’hui sont les termes suivants : « valeurs » et « évaluation ».

Suite en pdf De la manipulation des symboles «les valeurs», «évaluation»

Commencez votre blog avec WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :