Pour une économie non-aristotélicienne / For a non-Aristotelian economy

28 août 2017

France Culture: L’économie des média: dernier Esprit Public de Philippe Meyer

Filed under: Actualité, Economie, France culture, radio, secret des affaires — Étiquettes : , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 6:06

Un grand merci à Philippe Meyer, licencié par France Culture,  pour toutes ces années d’Esprit Public

Lettre annonçant la fin de l’Esprit Public et le licenciement de son producteur• Crédits : Radio France

… Et pour cette émission passionnante, la dernière, mais pas la moindre.

https://www.franceculture.fr/emissions/lesprit-public/leconomie-des-medias

Réécouter: https://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=af08be98-9645-4811-b94a-fab9fbc32da7

Avec Marc Endeweld, journaliste spécialisé dans l’investigation politique pour le magazine Marianne

Kiosque à Paris
Kiosque à Paris Crédits : Olivier Lahan-MatteïAFP

L’ÉCONOMIE DES MÉDIAS

Marc Endeweld, vous êtes journaliste spécialisé dans l’investigation politique pour le magazine Marianne. Vous avez collaboré à de nombreux médias : au Monde diplomatique, à Témoignage Chrétien ou aux Inrockuptibles. Vous avez publié en 2010 chez Flammarion « France Télévision off the record, histoires secrètes d’une télévision publique sous influences » et en novembre 2015, toujours chez Flammarion, « L’Ambigu Monsieur Macron », une enquête sur le parcours du Président de la République, alors Ministre de l’Économie. Avec vous, nous allons nous intéresser à la situation des médias en France.

Vous êtes un observateur attentif des relations entre pouvoir politique et médias, et de la mutation structurelle profonde que connaît le secteur de la presse écrite dans un contexte de transition numérique et d’effondrement des recettes publicitaires. La diffusion papier de la presse écrite a baissé de 3,2% en 2016 par rapport à l’année précédente mais sa diffusion numérique a augmenté de 53,1%. Ce contexte économique (que vous qualifiez de « big bang actionnarial ») a récemment favorisé le rachat et la concentration de la quasi totalité des médias privés par quelques groupes industriels et financiers : Bernard Arnault a racheté Les Echos en 2007 ; L’Obs a rejoint le groupe Le Monde en 2015 détenu par Pierre Bergé, Xavier Niel et Pierre Pigasse ; L’Express, Libération et BFM-TV sont regroupés depuis 2016 au sein du groupe SFR de Patrick Drahi. Ce passage du règne des patrons de presse traditionnels à celui des financiers aboutit selon vous à un « effet de neutralisation » des médias et à l’affaiblissement du journalisme d’investigation.

Cette situation est amplifiée par le caractère parisien de notre presse nationale, caractéristique française que vous opposez au système allemand où « chaque capitale joue sa place dans le cadre de l’Etat fédéral avec des journaux indépendants et puissants ». Vous vous interrogez sur l’ « utilité d’une presse dite nationale largement à la botte des controverses politico-médiatiques développées et montées en épingle par les médias audiovisuels et pétries d’analyses issues des discussions des salons parisiens ». Vous pointez la « connivence sociale, professionnelle et parfois même amoureuse entre journalistes et responsables politiques et médiatiques ».

Le paysage de l’audiovisuel public est bouleversé et défié par l’irruption de la TNT et d’Internet. Vos enquêtes mettent en lumière l’utilisation de l’arme budgétaire « pour mettre au pas la télévision publique » alors que chaque alternance entraine des négociations entre le nouveau pouvoir et les présidents de l’audiovisuel public. Vous faites également état du projet de rapprochement entre France Télévisions, France 24 et Radio France, officiellement pour des raisons d’économies, dont vous suggérez qu’il pourrait amener à un contrôle plus étroit du pouvoir politique sur ces médias.

Quel regard portez-vous sur le traitement médiatique de la campagne présidentielle ? Comment expliquez-vous la défiance croissante des Français envers la presse ? Comment lutter contre le phénomène des fausses informations ? Quel avenir pour l’audiovisuel public dans un contexte de restriction budgétaire ? Quel bilan tirer des tentatives pour réglementer la propriété des moyens de communication et assurer l’indépendance de l’audiovisuel public ? Quelles leçons peut-on tirer de la manière dont les autres pays européens ont abordé ces problèmes ?

Intervenants

  • Journaliste
  • Géographe, professeur à l’Institut Français de Géopolitique (Université Paris 8), et directrice de la revue Hérodote
  • Directrice éditoriale au journal Le Monde
  • directeur général de la fondation Terra Nova
Publicités

Commencez votre blog avec WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :