Pour une économie non-aristotélicienne / For a non-Aristotelian economy

14 juillet 2015

Isabelle Aubert-Baudron: Nouvelles possibilités économiques pour la Grèce dans un cadre de pensée non-aristotélicien

Grèce-Union européenne : des négociations limitées à un cadre de pensée aristotélicien.

Dans les négociations entre la Grèce et l’Union européenne, je suis frappée par le fait que le cadre de pensée dans lequel elles se tiennent est purement aristotélicien :

  • Une logique du tiers exclu : les possibilités sont limitées à deux : soit la Grèce applique les mesures d’austérité qui lui sont imposées par les autres Etats de l’Union et reste dans la zone euro, soit elle sort de l’union européenne et ne peut plus utiliser cette monnaie.
  • Des relations de domination-soumission au niveau économique imposées par les autorités monétaires à la Grèce, et plus généralement, aux peuples de tous les pays membres,
  • Une conception de l’argent ignorant sa fonction symbolique de moyen d’échange, attribuant à celui-ci une valeur absolue, supérieure à celle des citoyens des pays membres.

Un tel cadre de pensée, qui date de 2500 ans, n’est pas compatible avec les fondements politiques démocratiques de l’Union Européenne à la base de sa fondation, qui reposent sur les idéaux démocratiques datant du XVII° siècle sur lesquels sont basés la Constitution de notre pays : Liberté-Egalité-Fraternité, et l’Etat de droit.

Sur le plan économique, nous raisonnons avec des mécanismes de pensée antiques, et au niveau politiques, avec des mécanismes de pensée rationalistes. D’où une impossibilité d’harmoniser le niveau économique avec le niveau politique, et, sur le plan économique, des relations, autrement dit une structure, de domination, d’exclusion et de conflits entre les différents acteurs, sans considération pour la structure en théorie démocratique de l’Union européenne.

En 2015, aux niveaux scientifiques et techniques, les mécanismes de pensée aristotéliciens et cartésiens sont dépassés : nous ne pouvons pas construire un ordinateur avec les physiques euclidienne et newtonienne sur lesquelles reposaient les logiques d’Aristote et de Descartes, et devons faire appel à la physique du XX° siècle, qui a permis l’élaboration de notre technologie actuelle. Appliquée à la résolution des problèmes humains, la sémantique générale d’Alfred Korzybski, qui repose sur la physique moderne,  permet de concevoir de nouvelles possibilités qui étaient inconcevables dans les cadres de pensée précédents, et de trouver des solutions qui étaient inenvisageables auparavant.

Nouvelles possibilités dans un cadre non-aristotélicien:

Si nous tentons de l’appliquer à la situation économique présente de la Grèce, quelles sont les nouvelles possibilités qui apparaissent ? Albert Einstein : « Un problème ne peut être résolu dans le cadre de pensée qui l’a engendré ». Il en découle que les solutions réductionnistes  imposées par les autorités monétaires, basées sur des postulats aujourd’hui obsolètes, sont inopérantes à résoudre les problèmes économiques qui se posent aux pays membres.

Tout comme les mathématiciens l’ont fait à la fin du XIX° siècle et au début du XX° pour élaborer la géométrie non-euclidienne, nous pouvons utiliser les outils de pensée dont nous disposons de nos jours pour élaborer de nouveaux modèles économiques basés sur de nouveaux postulats, correspondant à notre niveau d’évolution scientifique actuel : Parallèlement à celles offertes par l’Union européenne, quelles possibilités s’ouvrent à la Grèce ?

1. Sur le plan national :

– Aujourd’hui, la Grèce peut envisager de créer une monnaie qui serait utilisée comme un symbole d’échange dans le cadre national, pour remplir les besoins humains du pays, une monnaie indépendante de l’euro et du système monétaire, et indépendante des spéculateurs, ce qui impliquerait une valeur stable conventionnelle.

– La structure de relation entre le gouvernement grec actuel et ses citoyens, qui l’ont plébiscité, et qui est de nature démocratique, rend possible une organisation entre les deux, incluant les citoyens comme des acteurs de l’économie, en collaboration avec ce gouvernement.

Un gouvernement reposant sur ses citoyens peut mettre sur pied une économie qui reposerait sur eux, avec leur aide et leur participation, et sur les ressources réelles du pays, pour répondre aux besoins humains des citoyens.

– L’argent est une ressource, mais pas la seule. Au-delà de l’argent lui-même et des ressources du pays, les citoyens disposent également de leurs propres ressources, même s’ils sont privés d’argent. Même si elles ne sont pas prises en compte par les autorités monétaires, elles leur appartiennent néanmoins. Quelles sont ces ressources ? Ils disposent :

  • de temps,
  • d’énergie,
  • de matière grise, de capacités personnelles, de connaissances et d’expérience professionnelles,
  • de biens matériels divers : terre, maisons, etc.
  • Etc.

Ici les critères d’évaluation, qui prennent en compte les ressources réelles des individus réels, sont différents de ceux utilisés dans l’économie de marché basés sur les croyances, de nature doctrinale, en l’existence de l’argent indépendante de ses utilisateurs et en sa valeur absolue. Dans une démocratie réelle, ces critères reposent sur  la valeur absolue de la personne humaine.

– A partir de là, les Grecs peuvent faire des échanges sur cette base, en créant de nouveaux symboles d’échange, en utilisant une nouvelle monnaie, ou en se passant d’argent. Ainsi, les gens peuvent effectuer des échanges de services en fonction des ressources dont ils disposent : une heure d’un travail X contre une heure de travail Y, ou contre des denrées, etc.

Structure de relations : Une telle économie ne peut reposer sur des hiérarchies de dominance, ni des relations de compétition, ni sur le postulat de compétitivité sur lequel repose l’économie officielle. Elle requiert une nouvelle structure de relation entre ses membres, similaire à la structure démocratique, pour pouvoir constituer un ensemble cohérent. Le biologiste Henri Laborit, dont les travaux reposent sur la sémantique générale, a démontré que la structure de nos institutions humaines, pour pouvoir constituer des niveaux d’organisation cohérents et fonctionner harmonieusement, devrait être similaires à la structure de l’organisme humain et du monde vivant, à savoir reposer sur des relations de complémentarité, d’interdisciplinarité et d’ouverture informationnelle entre ses membres (voir « La Nouvelle Grille » : Thermodynamique et information) :

« Dans un organisme vivant, chaque cellule, chaque organe, chaque système ne commande à rien. Il se contente d’informer et d’être informé. Il n’existe pas de hiérarchie de pouvoir mais d’organisation, c’est-à-dire de complexité :

– niveau moléculaire (à rapprocher du niveau individuel),

– niveau cellulaire (à rapprocher du niveau du groupe social),

– niveau des organes (à rapprocher du niveau des ensembles humains assurant une certaine fonction sociale),

– niveau des systèmes (nations),

– niveau de l’organisme entier (espèces).

Chaque niveau n’a pas à détenir un pouvoir sur l’autre mais à s’associer avec lui pour que fonctionne harmonieusement l’ensemble par rapport à l’environnement. Mais pour que chaque niveau d’organisation puisse s’intégrer harmonieusement à l’ensemble, il faut qu’il soit informé de la finalité de l’ensemble et, qui plus est, qu’il puisse participer au choix de cette finalité. » (Henri Laborit, « La Nouvelle Grille« , Ed. Robert Laffont, p. 121 et 122.)

Depuis quelques années, dans les pays européens, des citoyens sont mis au point au niveau local des expériences d’économies solidaires, de monnaies locales, etc., indépendantes des économies nationales. Durant la crise financière en Argentine au début des années 2000, de telles expériences avaient été tentées et les gens qui y ont participé ont pu se prémunir dans une certaine mesure contre les conséquences de cette crise au niveau national.

2. Sur le plan international :

– Au niveau financier, la Grèce peut créer également une nouvelle monnaie internationale, ouverte potentiellement à l’ensemble des autres pays, y compris ceux de l’Union européenne dans l’hypothèse où leurs dirigeants désireraient l’adopter à leur tour, ce qu’il leur est impossible en l’état actuel du cadre limité dans lequel ils sont enfermés mentalement. Elle créerait ainsi un nouveau cadre ouvert, dont aucun pays ne serait exclu.

– Sur le plan des échanges entre humains, elle peut également proposer un tel cadre aux citoyens des autres pays qui déplorent à leur niveau l’appauvrissement engendré par les mesures d’austérité qui leur sont imposées et soutiennent le gouvernement grec actuel : Ainsi elle peut leur proposer une forme d’investissement basée non plus sur une dette remboursable avec intérêts, mais sur des ressources ou des avantages donnés : transport en avion, nourriture et hébergement, apports culturels, possibilité de naturalisation, etc., en échange d’euros, ces investissements constituant alors une alternative au bras de fer avec l’Europe, qui menace de la priver tout bonnement d’utiliser la monnaie officielle européenne.

– Pour les migrants, que la Grèce accueille en grand nombre par rapport à la plupart des autres pays européens, une telle forme d’échange, qui prendrait en compte leurs ressources individuelles et professionnelles, et leur permettrait d’en faire bénéficier leur pays d’accueil, constituerait une alternative aux passeurs qui leur font payer des sommes astronomiques pour des conditions de voyage très risquées, similaires à celles en vigueur du temps de l’esclavage, et bien souvent meurtrières. A noter qu’à ce niveau, la Grèce serait en droit de réclamer aux autres pays de l’Union une compensation financière, dans la mesure où elle supporte le coût de l’exclusion de ces migrants par ces pays, pourtant plus riches qu’elle.

Conclusion:

Une économie non-aristotélicienne permettrait ainsi d’apporter sur le plan humain des solutions simples, applicables par tous les citoyens volontaires pour y participer, et qui sont  inexistantes dans la nature de l’économie imposée par l’Union Européenne tant que celle-ci n’inclue pas comme données les évolutions scientifiques actuelles.

Au niveau stratégique, elle permettrait à la Grèce de sortir du cadre de la stratégie classique basée sur l’intelligence des rapports de force, dans lequel elle est en position de faiblesse, pour établir avec ses partenaires une nouvelle base de relation basée sur la force des rapports d’intelligence, dans laquelle tous les partenaires seraient gagnants.

En tant que patrie d’Aristote, la Grèce est concerné par l’influence de l’aristotélisme dans la civilisation occidentale et ses conséquences actuelles, dont elle est actuellement victime. Les outils de pensées élaborés dans l’antiquité ne peuvent nous permettre d’appréhender correctement les problèmes auxquels nous sommes confrontées aujourd’hui dans nos affaires humaines, pas plus que nous ne pouvons en 2015 prétendre résoudre des problèmes qui se poseront à l’humanité dans deux ou trois millénaires, étant incapables d’appréhender en 2015 la future évolution scientifique des siècles à venir. Pour résoudre nos problèmes humains présents, y compris économiques, nous devons apprendre à utiliser les outils correspondant à notre évolution scientifique actuelle, et intégrer les acquis de cette évolution scientifique au niveau de nos affaires humaines.

En complément d’information :

© Isabelle Aubert-Baudron, 14 juillet 2015

Sur Médiapart

Publicités

30 juin 2015

France culture: Tout comprendre sur la dette grecque en six étapes (article)

Filed under: Actualité, Economie, France culture — Étiquettes : , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 6:07

Alors que les négociations ont échoué entre la Grèce et ses créanciers (BCE, pays de la zone euro, FMI), 6 étapes et une série de graphiques pour comprendre pourquoi la dette grecque est devenue l’une des clefs de l’avenir de la zone euro et de l’Union Européenne.

Suite de l’article à http://www.franceculture.fr/2015-06-30-tout-comprendre-sur-la-dette-grecque-en-six-etapes

Commencez votre blog avec WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :