Pour une économie non-aristotélicienne / For a non-Aristotelian economy

11 octobre 2017

La Libre Inspire: Comment rendre la terre accessible à ceux qui la cultivent ?

Filed under: Actualité, Agriculture, Agroécologie, Alternative — Étiquettes : , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 8:33

http://stories.lalibre.be/numero22/index.html

Entre la famille Lambert et Terre-en-vue, c’est « à la vie, à la mort ». Grâce à la coopérative, ces agriculteurs brabançons peuvent en effet continuer à cultiver quatre hectares de champ qu’ils n’avaient pas les moyens d’acheter.

Alors que les espaces agricoles se réduisent chaque année en Wallonie, Terre-en-vue fait appel aux citoyens pour soutenir la création et le maintien de fermes agroécologiques à taille humaine.

100 €. Les coopérateurs de Terre-en-vue peuvent acquérir une ou plusieurs part dont le prix est fixé à 100 euros. Le but est que cette participation soit à la portée du plus grand nombre de personnes possible.
A ce jour, Terre-en-vue, compte déjà 1346 coopérateurs qui ont permis l’achat de 61 hectares alloués à des exploitations agroécologiques.

Ces terres sont employées à bien d’autres usages que la production alimentaire : celle de sapins de Noël (une problématique qui touche les Ardennes), la construction de zones de loisirs (comme des golfs) ou la production d’agrocarburants. Le maintien des terres arables entre aussi en compétition avec la construction de zonings industriels, d’infrastructures routières et d’habitats. Mais cette artificialisation croissante du territoire semble perdre de vue le rôle nourricier de la terre. “Avons-nous encore assez de terres pour nous nourrir ? Pour rencontrer les demandes très actuelles de manger local aussi ?”, interroge tout haut Perrine Ghilain.
C’est dans ce contexte que Terre-en-vue a été créée. L’ASBL est aussi une coopérative et une fondation, “mais c’est surtout un mouvement citoyen”, poursuit notre interlocutrice, dont l’objectif est de racheter des terres agricoles ouvertes à la vente, grâce aux dotations apportées par des coopérateurs.

A la ferme Sainte-Barbe, 4 hectares
en bio plutôt qu’en béton

Publicités

5 juillet 2015

Le Nouvel Observateur: « Tu ne pollueras point » : l’écologie selon le pape François

http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20150617.OBS0965/tu-ne-pollueras-point-l-ecologie-selon-le-pape-francois.html

Lettre encyclique « Laudato Si » : en français dans le site du Vatican – en italien dans le site de L’Espresso »

La responsabilité de l’homme, le libéralisme et la solidarité… « L’Obs » fait le point sur les grandes lignes de la verte pensée papale.

Habemus viridem papam ? Avons-nous un pape vert ? Le souverain pontife s’apprête à publier jeudi une encyclique (une « lettre » qui s’adresse aux 1,2 milliard de fidèles et au-delà, à « tous les hommes de bonne volonté ») exposant ses positions sur l’écologie et le réchauffement climatique. Très attendu à quelques mois de la Conférence de Paris, le contenu de cette encyclique a fuité dans la presse italienne, irritant le Vatican, qui, en réponse, a décidé d’exclure le journaliste de « L’Espresso« , Sandro Magister, responsable de la diffusion de l’intégralité du texte, long de 191 pages.

« Tu ne pollueras point. »

Pour « Libération », qui relaye le contenu du document en Une, cette encyclique, la première consacrée à l’écologie, est un « coup de pied dans la fourmilière ». « Cette encyclique aura un impact majeur : François est directement impliqué comme aucun pape avant lui. Il est animé d’une profonde passion, que cette encyclique communiquera », assure également Christiana Figueres, présidente de la convention cadre de l’ONU sur le changement climatique (UNFCCC), lors d’une réunion récente à Bonn, en Allemagne.

S’il s’est personnellement impliqué, consultant de nombreux experts, dont des prêtres travaillant en Amazonie, c’est parce que l’écologie a toujours été un thème très cher à François. N’a-t-il pas, d’ailleurs, choisi son nom de pape en référence à saint François d’Assise, prophète du dépouillement de l’Eglise, mais également amoureux de la nature ? Archevêque de Buenos Aires, il avait même, rappelle « Le Figaro », déposé un recours devant la Cour suprême d’Argentine pour arrêter un programme de déforestation concernant le nord du pays.

La responsabilité de l’homme, le libéralisme et la solidarité… « L’Obs » fait le point sur les grandes lignes de la verte pensée papale.

Tu reconnaîtras ta responsabilité

Dans son encyclique, le pape affirme clairement que l’homme est le principal responsable du changement climatique, assure « Libération ». En raison notamment de l’activité humaine et de la combustion des énergies fossiles.

« Il y a de fortes preuves scientifiques que les facteurs humains causent de grands dommages pas seulement à la nature elle-même, mais aussi aux vies, particulièrement des plus pauvres. »

Selon la mouture provisoire non officielle diffusée par l’hebdomadaire italien « L’Espresso », le pape affirme également que les causes, étant d’abord humaines, doivent être maîtrisées. Il juge donc indispensable de réduire drastiquement les émissions de dioxyde de carbone et d’autres gaz hautement polluants.

Des affirmations hérisseront certains conservateurs « climato-sceptiques » qui assurent que le réchauffement n’a que des causes naturelles…

Pire, pour certains, le Souverain pontife pointe du doigt la dette climatique des pays du Nord au pays du Sud. Pour lui, certains Etats devraient supporter un coût plus élevé de la transition énergétique.

Et de s’en prendre aux pays qui pourraient faire échouer les négociations internationales :

Les négociations internationales ne peuvent pas progresser de manière significative à cause de la position de pays qui privilégient leurs intérêts nationaux plutôt que le bien commun. »

Tu changeras de paradigme

« La terre, notre maison semble se transformer de plus en plus en un immense dépôt d’immondices. » Le plaidoyer de François pour l’écologie est intimement lié à sa vision de l’égalité et de la solidarité. Il plaide donc pour un changement radical des mentalités et du capitalisme et pour, selon le terme choisi par « Libération », une forme d’écojustice.

« L’économie actuelle et la technologie » ne résoudront pas « tous les problèmes environnementaux », assure le Souverain pontife. C’est une idée trompeuse, selon lui, comme celle qui voudrait que « les problèmes de la faim et de la misère dans le monde se résolvent simplement par la croissance du marché ».

« Cela requiert de nouveaux modes de production, de distribution et de consommation », souligne l’encyclique. Soit un changement complet de paradigme.

Pour Dominique Plihon d’Attac, cité par « Libération », « cette encyclique tombe à point nommé. Elle servira de caisse de résonnance pour dire l’urgence de changer le système. Il faut du courage pour oser aller autant à contre-courant de la doxa libérale et conservatrice qui mène le monde. »

Tu feras de l’accès à l’eau un « droit humain fondamental »

Et le pape, qui dénonce le « pillage » des ressources naturelles, de réclamer que l’accès à l’eau soit reconnu comme un « droit humain fondamental et universel », alors qu’actuellement « la tendance est de privatiser cette ressource et de la soumettre à la loi du marché ».

Cela explique, selon François, l’afflux grandissant de réfugiés climatiques : « Les peuples en voie de développement, où se trouvent les réserves les plus importantes de la biosphère, continuent d’alimenter le développement des pays les plus riches au prix de leur présent et de leur futur. […] Ils fuient une misère aggravée par la dégradation de l’environnement, sans être reconnus comme des réfugiées par les conventions internationales. »

24 août 2014

France culture: Pierre Rabhi en son jardin

Filed under: Actualité, Agriculture, Agroécologie, Economie — Étiquettes : , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 11:15

Photo: Pierre Rabhi, facebook

23.08.2014 – 11:00

(rediffusion de l’émission du 19 juin 2014)

http://www.franceculture.fr/emission-grands-portraits-de-scientifiques-pierre-rabhi-en-son-jardin-rediffusion-de-l-emission-du-1

L’homme est égal aux idées qu’il diffuse, tout en simplicité, sobriété et ténacité. De l’adversité à la célébrité, le parcours de Pierre Rabhi est une leçon de vie et une philosophie de l’humanité qui fait son bonhomme de chemin. C’est l’itinéraire d’un pionnier de l’agroécologie au service de la terre. Il a fait sienne la formule de Lavoisier « Rien ne se créé, rien ne se perd, tout se transforme ». Face à la surpopulation de notre planète incapable de nourrir tous ses enfants, face à la destruction des sols, la pollution des eaux, de l’air, l’épuisement des ressources…, et l’avidité de l’homme, il a inventé une agriculture raisonnée et raisonnable, des solutions dont beaucoup déjà s’inspirent dans le monde. Car, selon lui « il faut que l’humanité prenne conscience de son inconscience ». D’origine algérienne, il fut tour à tour ouvrier, agriculteur, écrivain, penseur…et passeur d’un savoir-faire agronomique aujourd’hui reconnu. De l’humanisme à l’agrorévolution, retour sur la vie et l’oeuvre de Pierre Rabhi, chantre de la terre de demain !

Enregistrement de l’émission

Biographie de Pierre Rabhi

Le blog de Pierre Rabhi

Mouvement Colibris

Facebook

« Vers la Sobriété Heureuse » Conférence Pierre Rabhi du 20 novembre 2012 à Clermont-Ferrand

Commencez votre blog avec WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :