Pour une économie non-aristotélicienne / For a non-Aristotelian economy

15 septembre 2017

Le Monde: Jean Tirole : « Le marché du travail est inégalitaire et inefficace »

Filed under: Actualité, Economie — Étiquettes : , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 10:43

http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/09/14/jean-tirole-le-marche-du-travail-est-inegalitaire-et-inefficace_5185544_3234.html

Président de l’école d’économie de Toulouse et Prix Nobel d’économie, l’auteur d’« Economie du bien commun » revient sur la nécessité d’une réforme profonde du marché du travail en France.

Quelles sont selon vous, les trois réformes prioritaires à engager en France ?

D’abord celle du marché du travail. Notre société est inégalitaire et inefficace dans ce domaine, avec un impact majeur sur les finances de la nation. La dépense publique représente 57 % du PIB français. C’est l’une des plus élevées du monde. Il n’y a rien de mal à cela, mais il faut qu’en contrepartie, le service public soit de qualité. Or, dans certains domaines comme l’éducation, il n’est pas à la hauteur des dépenses. C’est le deuxième chantier. Enfin, le troisième est international, il concerne l’Europe et le climat. Il ne dépend pas que de nous mais nous devons faire preuve d’initiatives.

Publicités

France Culture: « Surveiller et punir » de Michel Foucault, pourquoi le lire aujourd’hui ?

Filed under: Actualité, art & culture, Littérature, Philosophie, radio — Étiquettes : , , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 9:30

https://www.franceculture.fr/conferences/forum-des-images/surveiller-et-punir-de-michel-foucault-pourquoi-le-lire-aujourdhui

Que nous apprend la relecture de « Surveiller et punir » ? Des réformes et des alternatives sont aujourd’hui étudiées. Peut-on sortir des deux extrêmes que constituent la répression et la surveillance pour remettre la dignité humaine et la réhabilitation au centre des débats sur la justice ?

« Surveiller et punir » de Michel Foucault, comment et pourquoi le lire aujourd’hui ?• Crédits : Francoise VIARD – Getty

Peut-être avons-nous honte aujourd’hui de nos prisons. Le XIXe siècle, lui, était fier des forteresses qu’il construisait aux limites et parfois au cœur des villes. Elles figuraient toute une entreprise d’orthopédie sociale. Ceux qui volent, on les emprisonne ; ceux qui violent, on les emprisonne ; ceux qui tuent, également. D’où vient cette étrange pratique et le curieux projet d’enfermer pour redresser ? Un vieil héritage des cachots du Moyen Âge ? Plutôt une technologie nouvelle : la mise au point, du XVIe au XIXe siècle, de tout un ensemble de procédures pour quadriller, contrôler, mesurer, dresser les individus, les rendre à la fois « dociles et utiles ». Surveillance, exercices, manœuvres, notations, rangs et places, classements, examens, enregistrements, toute une manière d’assujettir les corps, de maîtriser les multiplicités humaines et de manipuler leurs forces s’est développée au cours des siècles classiques, dans les hôpitaux, à l’armée, dans les écoles, les collèges ou les ateliers : la discipline.

Penser les relations de pouvoir aujourd’hui ne peut se faire sans prendre en compte l’ouvrage de Michel Foucault, devenu aussi indispensable à notre époque que le « Léviathan » de Hobbes le fut à l’époque moderne.

Quoi d’étonnant si la prison ressemble aux usines, aux écoles, aux casernes, aux hôpitaux, qui tous ressemblent aux prisons ? Michel Foucault

Un débat enregistré en 2015.

Pierre Joxe, ancien ministre et ancien premier président de la Cour des comptes, avocat à la Cour

Frédéric Gros, philosophe

Ecouter l’enregistrement dans le site de France culture

Commencez votre blog avec WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :