Pour une économie non-aristotélicienne / For a non-Aristotelian economy

22 mai 2017

Le Monde: La finance solidaire atteint de nouveaux sommets

Filed under: Actualité, Economie, Ethique — Étiquettes : , , — Isabelle Aubert-Baudron @ 10:16

http://www.lemonde.fr/argent/article/2017/05/22/la-finance-solidaire-atteint-de-nouveaux-sommets_5131422_1657007.html

En 2016, les produits d’épargne à vocation sociale et environnementale ont collecté près de 10 milliards d’euros.

LE MONDE ECONOMIE | 22.05.2017 à 05h01 • Mis à jour le 22.05.2017 à 06h41 | Par Isabelle Chaperon

Les petits ruisseaux font les grandes rivières. L’argent que les ménages mettent de côté année après année avec le souci de soutenir des projets à forte utilité sociale ou environnementale a fini par constituer une cagnotte de près de 10 milliards d’euros. Grâce à 1,3 milliard collecté en 2016, l’encours d’épargne solidaire atteignait précisément 9,76 milliards d’euros au 31 décembre selon le quinzième baromètre Finansol-La Croix publié lundi 22 mai.

Ces fonds – dont tout au partie sont investis dans des projets solidaires – ont financé, à hauteur de 280 millions d’euros en 2016, des associations luttant contre l’exclusion, la dépendance ou pour le recyclage.

Selon Finansol – l’association qui attribue un label à 140 produits financiers sélectionnés sur des critères de transparence et de solidarité –, cette contribution a permis de créer ou de consolider 49 000 emplois, de reloger 5 500 personnes ou encore d’alimenter 20 000 foyers en électricité renouvelable.

Changement de dimension

« Cela fait quatre ans que le flux d’épargne solidaire est supérieur à 1 milliard d’euros par an, souligne Sophie des Mazery, directrice de Finansol. En dix ans, la finance solidaire a changé de dimension. » Bien mais pas suffisant : « Aujourd’hui, 0,21 % du patrimoine financier des ménages est affecté à des placements solidaires. Nous visons 1 %. »

Pour y parvenir, la dirigeante demande au nouveau gouvernement de « reprendre les dossiers inachevés ». A commencer par la transformation du Livret de développement durable (LDD) en LDD Solidaire initiée par la loi Sapin 2 (adoptée en novembre 2016 mais dont le décret d’application n’a toujours pas été publié).

L’association appelle également de ses vœux un dispositif réglementaire « pour que, demain, chaque assureur-vie propose au moins un contrat solidaire dans sa gamme », poursuit la directrice.

Rééditer, en quelque sorte, avec l’assurance-vie – le premier placement des Français – le succès rencontré avec l’épargne salariale. En 2008, l’obligation de proposer un fonds solidaire – dont 5 % à 10 % des encours sont investis dans des projets solidaires – pour toutes les entreprises mettant en place un Plan d’épargne entreprise a marqué un vrai tournant. Avec un encours de 6,2 milliards d’euros (+ 19,4 %) à fin 2016, l’épargne salariale constitue le premier moteur de croissance de la finance solidaire.

« Prise de conscience des épargnants »

Qui l’eut cru ? Le premier produit de placement solidaire en France est un fonds d’entreprise géré par BNP Paribas (624 millions d’euros), devant le livret Agir (544 millions ) – lequel permet de donner 50 % des intérêts à une association de son choix – proposé par le Crédit coopératif, pionnier de l’épargne de partage.

« La croissance des encours s’explique à la fois par une prise de conscience des épargnants et par une volonté des entreprises de mieux valoriser les dispositifs d’épargne salariale solidaire auprès de leur personnel », explique Marie-Geneviève Loys, responsable de l’investissement solidaire chez BNP Paribas Investment Partners, où sont gérés huit produits financiers solidaires pour un encours total de 1,3 milliard d’euros.

Lire aussi :   Finance solidaire : un écosystème vertueux en plein essor, souvent ignoré

« Chez BNP Paribas, notre équipe dévolue à la finance solidaire a été créée il y a quatre ans. La notion d’investisseur solidaire est récente et une partie du travail a consisté à nous faire connaître auprès du secteur associatif auquel nous apportons de nouveaux moyens », poursuit Mme Loys qui insiste : « Au total, nous avons sélectionné vingt-deux partenaires, dont six sur la seule année 2016. A chaque fois, cela représente des mois d’analyse. Nous sommes les garants auprès des épargnants de la qualité du projet porté, à la fois sur son impact et son modèle économique. »

Exiger à leur tour des assureurs-vie qu’ils proposent au moins un contrat solidaire constitue « une réforme de bon sens qui va au-delà des clivages politiques », estime Nicolas Hazard, président du Comptoir de l’innovation, un fonds disposant de 100 millions d’euros à investir dans des entreprises sociales ou encore l’économie circulaire : « Il n’y a plus d’excuse pour ne pas le faire. Nous avons prouvé que l’on pouvait servir un rendement meilleur qu’un placement classique tout en soutenant des projets dont nous mesurons l’impact social et environnemental. »

Rallier les investisseurs institutionnels

Après l’élan donné par les particuliers, la clé pour le développement de la finance solidaire est de rallier les investisseurs institutionnels. Cela passe par un changement d’image du secteur social, perçu souvent par la finance traditionnelle comme un monde de doux rêveurs. « Fini le temps du Larzac et des éleveurs de chèvres ! Nous recevons 20 demandes par semaine de projets crédibles et sérieux », insiste M. Hazard.

« Notre modèle économique nous permet de nous financer à 90 % », témoigne Jean-Daniel Muller, cofondateur du groupe associatif strasbourgeois Siel Bleu (600 salariés), qui propose des activités physiques adaptées à 150 000 personnes âgées, malades chroniques, hommes ou femmes en situation de fragilité sociale. De quoi réduire les risques de blessures en cas de chute pour les séniors ou encore les possibles récidives de cancer du sein…

Lire aussi :   Des propositions pour favoriser l’envol de la finance solidaire

« Nous nous sommes lancés avec des aides à l’emploi ou des subventions des départements. Maintenant, la finance solidaire représente environ la moitié de nos financements », relate M. Muller. Des projets, il n’en manque pas. En 2016, Siel Bleu a même créé une start-up avec le soutien de Bpifrance afin de produire sa propre gamme de matériaux sportifs. Quand capitalisme et monde associatif ne sont plus adversaires, c’est toute la société qui en bénéficie.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/argent/article/2017/05/22/la-finance-solidaire-atteint-de-nouveaux-sommets_5131422_1657007.html

Publicités

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Commencez votre blog avec WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :