Harcèlement, souffrance au travail, burn out…

France culture: Les Matins 05.03.2014 – 06:29
Sommes- nous encore capables
d’évaluer la souffrance au travail ?

On sait qu’à l’origine, le terme « travailler » vient du latin tripaliare, qui signifie « torturer avec un instrument permettant l’immobilisation ». La pénibilité physique du travail s’est heureusement atténuée depuis, et nous sommes nombreux à travailler dans de confortables bureaux. Mais des chiffres préoccupants montrent une autre forme de souffrance au travail. 41% des salariés se déclarent stressés au travail. Trois salariés sur 10 ont le sentiment d’avoir déjà été l’objet de harcèlement sur leur lieu de travail. Et on se souvient, en 2009 et 2010, de plusieurs suicides dans des entreprises françaises qui avaient alerté sur les souffrances psychologiques au travail. Qu’en est-il aujourd’hui ? Comment prévenir les situations de harcèlement au travail, comment les reconnaître, comment y répondre ? La crise a-t-elle modifié, amplifié les souffrances au travail ?

Nous recevons ce matin Bénédicte Litzler, avocate au barreau de Paris, et Marie-Edith Alouf, journaliste. Avec Anne-Françoise Chaperon, psychologue, elles publient : Harcèlement moral au travail, comprendre et se défendre, aux éditions Odile Jacob.

 
 
En complément d’infos:
Le Monde: 18/02/2014 Le burn-out des labos
 
 
Le Blog de Scientia:  Mediapart: 19/02/2014 : CNRS, burn-out, suicides… (I) 
 
Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.